Jean Doughty

Jean Doughty

John Doughty est né à Bilston en 1865. Avec son frère Roger Doughty, il a joué au football pour les druides. Au cours de saisons consécutives, 1885 et 1886, les frères remportent la Welsh Cup.

En 1886, Doughty quitta son travail de mineur de charbon au Pays de Galles pour rejoindre le Lancashire and Yorkshire Railway (LYR). Il a également joué au football pour l'équipe d'usine, Newton Heath.

En 1886, il remporte sa première sélection internationale pour le Pays de Galles contre l'Écosse à Hampden Park. John Doughty a marqué les quatre buts lors de la victoire 11-0 contre l'Irlande en mars 1888. Au total, il a joué huit matchs pour son pays.

Doughty a quitté Newton Heath en 1891.

John Doughty est décédé à Manchester en avril 1937.


John Doughty - Histoire


Indice
Histoire de Rye, NY
Chronique d'une ville frontalière
Comté de Westchester, New York
Y compris Harrison et White Plains jusqu'en 1788
par Charles W. Baird
NEW YORK
Anson D.F. Randolph and Company
No 770 Broadway
1871.

II. HABITANTS ULTÉRIEURS - 1700 à 1800 - et LEURS DESCENDANTS.
ABRAHAMS à GEDNEY

[Transcrit par Coralynn Brown]

ADEE
1. Le premier de ce nom à Rye était John Adee, qui aurait été le fils d'un ecclésiastique de l'Église d'Angleterre. Il est mentionné 1750-1766 comme vivant sur Hog-pen Ridge. Sa ferme, apparemment, était celle d'aujourd'hui (1870) appartenant à son descendant John A. Merritt.

II. Daniel Adee (2), mentionné pour la première fois en 1788, probablement un fils de Jean, vivait dans la même localité. Il épousa Jemima Hobby et eut trois fils : Hobby, David et William et trois filles : Sarah (décédée jeune), Charlotte et Tamazon.

III. 1. Hobby Adee (3), mentionné 1799, fils de Daniel (2), avait trois fils : Daniel de New York Samuel, récemment de New York et un mort jeune et trois filles.
2. David Adee (3), fils de Daniel (2), avait un fils Jacques et cinq filles.
3. William Adee (3), fils de Daniel (2), marié deux fois. Son fils aîné, Augustus A. Adee, M.D., chirurgien U.S.N., mourut vers 1850, laissant deux fils, Graham et Alvah. Ses autres enfants : George T., de Throg's Neck Thomas T. Jared P. William James T., de Westchester Katharine John Caroline Titus K. Charles T. Emily Edward Russel W.
4. Charlotte Adee (3), fille de Daniel (2), a épousé Jotham Merritt. Leur fils, John A. Merritt, vit maintenant (1870) sur Ridge Street.
5. Tamazon Adee (3), fille de Daniel (2), a épousé Jared Peck, de Port Chester. Enfants : William, James, Harvey, Charles Adee, Caroline, Henry Adee, George T., Sarah E., Jared V. et Mary P.

ANDERSON
Isaac Anderson est arrivé à Rye en 1707, lorsqu'il s'est fait appeler « marin de New York ». En 1710 la ville permet Capitaine Isaac Anderson pour construire un moulin sur la rivière Byram. En 1713, il acheta des terres à Will's Purchase et le long de la rivière Byram, et devint l'un des plus grands propriétaires fonciers de Rye. Les noms de James et William, peut-être de ses frères, apparaissent la même année.
William Anderson de White Plains, peut-être un fils du dernier nommé en 1750, acheta des terres à la croisée des chemins entre les White Plains et Harrison. Cette propriété reste en possession de ses descendants à nos jours (1870).
La pétition de John Anderson au gouverneur et au conseil, pour l'autorisation d'établir un ferry depuis Lyon's Point (maintenant Byram Point) et « le point le plus à l'ouest de Rye Neck ou Scotch Caps point », jusqu'à « Muskitta Cove et Mattinnicock sur Long Island ,' est daté de 1732. Il énonce que 'le pétitionnaire a, à son ardent désir, fréquemment transporté des voyageurs avec leurs chevaux et leur bétail.' (N.Y. Col. MSS., vol. lxx. p. 21.) Le même ou un autre John Anderson de Rye acheta en 1771 un terrain sur Grace Church Street, au sud de la route menant au débarcadère.
Joseph Anderson vivait à Rye en 1753.

ANDRÉ
'Germanious', fut témoin en 1716.

ARMURE
Samuel Armor a vécu à Rye au début de ce siècle (1800) et était superviseur en 1808. Il résidait là où se trouve la Cliff House.

ARMSTRIDE
George Armstrong était ici en 1720. John a signé comme témoin en 1741. James et Alice en 1745. William a vécu à Rye en 1776, lorsqu'il a été interrogé devant le Comité de sécurité et renvoyé. (Journaux du Congrès provincial, etc., vol. i. p. 270.)

ASCOUGH
William Ascough a vécu à Brown's Point, la partie ouest de Harrison, près de White Plains, de 1769 à 1771. Richard Ayscough, "chirurgien de la ville de New York", mourut vers 1774. (Chancery Minutes, N.Y., p. 180.)

ADAMS
Freegrace Adams, a vendu des terres sur Budd's Neck avant 1738.

AKERLY
Joseph Eakerly y possédait une propriété en 1718.

BOULANGER
Samuel Baker, de White Plains, 1758. (Friends' Rec.)

BUMPOS
« Deliverance, fille de Thomas Bumpus » possédait une propriété ici en 1740. Samuel Bumpos a été « élu publick whipper » en 1747. « La vieille maison de Bumpos », mentionnée en 1750, se trouvait près de la route de la plage.

BAYLY
Nathanael Bayly, de Rye, 1722, a acheté en 1728 une étendue de terre considérable sur Budd's Neck, dont il a vendu une partie en 1738-1743. Il mourut quelques années après. Levi, de Courtlandt Manor, probablement son fils, en 1750, vendit des terres au même endroit.
Dr Nicholas Bailey.
Jonathan Bailey, mentionné 1786-1800, vivait sur Ridge Street. Il est juge de paix en 1793.

ABOYEUR
Lewis Barker possédait une propriété en 1724. Daniel et Thomas sont mentionnés en 1750. Le premier en 1760 possédait des terres sur Budd's Neck. Jean est mentionné en 1794.

BARNES
Joshua Barnes, mentionné 1730, John, 1731, Richard, 1744, et Samuel, 1746, étaient frères, selon la tradition familiale. Ils étaient peut-être des fils de William, mentionné 1720. James, fils de Richard, épousa Ruth, fille de Benjamin Clapp, de North Castle, le dix-septième du cinquième mois 1769. Samuel avait trois fils : Stephen, Joshua et Richard et trois filles : Jerusha, épousa Edward Underhill de Phillipsburgh, quinzième jour du premier mois, 1722 Charity, épousa James Underhill de Phillipsburg, trente neuvième mois 1778 Deborah épousa William Clapp d'Oswego, comté de Dutchess, quinze troisième mois, 1780. Stephen épousa Hannah, fille d'Isaac Carpenter , vingtième du douzième mois, 1780 (Friends' Rec.), et avait six fils : Isaac, Samuel, Stephen, Josiah, Joshua et David H., dont le dernier habite maintenant (1870) où vivait son grand-père. David H. Barnes a eu un fils, Robert, et deux filles, Hannah, mariée à D.W.Smith, et Anne, mariée à H.B. Hallock.

BARIL
Gideon Barrel, blackmsith, de Rye, acheta en 1738 la maison de Peter Brown et sept acres, qu'il vendit peu après à Raphael Jacobs. Peut-être le même nom avec Burrell.

BATES
Thomas Bates, de Rye, épousa en 1669 Mary Butcher, à Stamford, où il y avait beaucoup de ce nom. (Huntington's Hist. of Stamford, p. 156.)

CLOCHE
John Bell possédait des terres à Harrison, du côté est de l'étang du moulin de Horton, en 1747.

BESLY
Oliver Besly, mentionné 1722.

BON SANG
Joseph Bloodgood était l'épouse de l'Achat en 1759, Sarah. Sa fille Mary épousa Henry Matthews, le dix-septième du premier mois, 1759. (Friends' Rec.)

BLAKEMAN ou BLACKMAN
Samuel, en 1718, était l'un des habitants de Rye (aujourd'hui North Castle) qui protesta contre la tentative du connétable de Horseneck de percevoir l'impôt du ministre.

OISEAU
La tradition veut que l'ancêtre de cette famille soit venu d'Allemagne, mais qu'il mourut pendant le voyage, laissant quatre enfants, que le capitaine, en arrivant à New York, vendit en servitude, ce qui n'était pas rare à l'époque. L'un de ces enfants, Henry >Vogel, a été acheté par un habitant de Rye, et a grandi et s'est installé ici. Il prit le nom anglicisé de Bird mais certains membres de la famille auraient encore utilisé le nom allemand, de préférence, entre eux. Henry a épousé ____ Kniffen et a eu quatre fils : Henry, Thomas, James et William. Il habitait sur le site du chalet appartenant à M. James H. Titus, au sud de sa résidence sur la rue Grace Church. Il a acquis une étendue de terre considérable, s'étendant vers le nord à partir de l'endroit actuel (1870) de M. Frederick Cornell, connu sous le nom de « terre aux oiseaux », jusqu'en 1820. Il s'est noyé lors d'une croisière de pêche près de Newport.
Henry Bird (2), fils d'Henry (1), n'avait pas d'enfants. En 1771, il vendit sa maison et vingt acres près du débarcadère de Grace Church Street à John Anderson. Il mourut en 1792.
Thomas (2) était le père de James Bird, de Manhassett et d'autres.
Guillaume (2) est mort jeune.
James (2) vivait dans la propriété de la rue Grace Church. Il mourut en 1832. Il avait six fils : Andrew, Adolphus, Alexander, William, James et Thomas et une fille, Leah. James vit à Harrison (1870). Thomas a été pendant de nombreuses années capitaine d'un sloop reliant Saw Pit ou Port Chester et New York. Il mourut à Brooklyn, le 5 décembre 1870, à l'âge de soixante-huit ans.
Leah, fille de James (2), a épousé David Kirby de Rye, et a eu six fils : Joseph, Andrew, William B., James B., David et Thomas D. et quatre filles : Maria, a épousé John T. Noye de Buffalo Rosetta A. épousa Cornelius Curtis Corenlia J. épousa Thomas Brownell et Gulielma. Mme Kirby est décédée le 8 janvier 1871.

BIRDALL
Benjamin Birdsall était ici en 1725, et probablement avant. C'était un homonyme et sans doute un descendant de Benjamin, l'un des premiers habitants de Hempstead, venu d'Angleterre en 1657, et qui était aussi l'ancêtre du capitaine Benjamin Birdsall, un officier héroïque de la Révolution. (Thompson's L. I., vol. ii. pp. 492-474.) En 1737-1739-1745, il vendit cent soixante-quinze acres à Henry Strang et à d'autres.
Nathan Birdsall était ici en 1728 Isaac Birdsall, 1744-1759.

ÉVÊQUE
La succession de Thomas Bishopp, à Rye, a été administrée en 1707 ou avant. (N.Y. Col. MSS., vol. iii, p. 41.)

BOWNE
La ferme d'Adam Seaman de cinquante acres s'étendait entre celle-ci (« plus bas qui passe au-dessus ») et King Street, au-dessus de la route de comté, y compris une grande partie de ce qui est maintenant couvert par le village de Port Chester. A la fin de la Révolution, on retrouve cette terre en possession de trois frères nommés BOWNE.
Thomas Bowne, qui était juge de paix en 1793, vivait dans la maison actuelle (1870) de M. Leander Horton, au passage à niveau. Sa ferme de cent acres s'étendait de King Street à la rivière au sud et à l'est, et vers le nord jusqu'à la ferme qui appartient maintenant aux Miss Merritt.
La maison de Jacob Bown se trouvait du côté est de la route, près du remblai du chemin de fer, et celle de Daniel Bowne juste au-dessus.

PONT
Le révérend Christopher Bridge, M.A., un ecclésiastique anglais, qui s'était auparavant installé à Boston en tant que ministre adjoint de la King's Chapel, puis à Naragansett. Il est venu à Rye en janvier 1710.

BROSSER
Jesse Brush 'est autorisé' en 1790 'à agrandir son quai sur le Publick Landing à Rye.'

BRLURES
Alexander Burns, témoin en 1730-1741-1748. Alexandre et Marie, en 1739.

BURRELL
Joseph Burrell vivait à Rye Neck en 1776, lorsqu'il était concerné par le projet de piquer les canons américains près de King's Bridge. (Journaux du Congrès provincial, etc., vol. i. p. 280.)

BURCHUM
Benjamin Burchum, sa terre en 1723 se trouvait au sud de Rye Ponds.

BUISSON
La famille était hollandaise.
I. « Justus Bush, marchand, de la ville de New York », acheta en 1726 à John et Jonathan Brondig une dix-huitième part des terres indivises de Peningo Neck Purchase, au prix très bas de huit livres. En 1732, il possédait des terres dont apparemment une partie appartenait récemment au Dr Tuttle. La vieille maison en pierre commencée par Justus peu avant sa mort, et achevée par Anne sa femme, est restée inchangée jusqu'en 1832, date à laquelle elle a été rénovée. Il semble avoir été à une époque un résident de Greenwich, où son nom apparaît en 1733, en tant que demandeur dans une action. (Records Fairfield Co., 1702-1735.) Il mourut vers 1737, laissant une veuve, Anne, décédée le 5 août 1745, et trois fils, Henry, Bernardus et Abraham.

II. 1. Henry Bush (2), fils de Justus (1), était de Greenwich en 1745, lorsque lui et Bernardus cédèrent à Abraham une partie de leurs droits sur la succession de leur père. Beaucoup de ses descendants, dit M. Mead, vivent à Greenwich.
2. Bernardus Bush (2), fils de Justus (1).
3. Abrahan Bush (2), « le plus jeune fils » de Justus (1), né en 1720, avait la propriété près de Saw Pit Landing. Il épousa Ruth, fille de Gilbert Lyon. Il avait deux fils, Abraham et Gilbert, et cinq filles.

III. 1. Abraham Bush (3), fils d'Abraham (2), né en 1751. Il avait un fils, William, de King Street, et deux filles.
2. Gilbert Bush (3), fils d'Abraham (2), né en 1753, décédé en 1831. Il épousa Sabrina, fille de Samuel Seymour de Greenwich. Ils ont eu une fille, Mary E.

IV. 1. William Bush (4), fils d'Abraham (3), décédé le 24 décembre 1856. Il avait quatre fils : Andrew L., William L., H. Hobart et Newberry D. et cinq filles.
2. Mary E., fille de Gilbert Bush, a épousé Gershom Bulkley. Enfants : Charles S., Helen B. épouse Willson D. Slawson et Gilbert B.
Bartholomew Bush est mentionné en 1726, et John en 1745.

CARLE
Thomas Carle of Rye, charpentier, vendit en 1731 à Stephen Lawrence de Flushing quatre cents acres à Harrison sur la rivière Mamaroneck, que Lawrence céda en 1738 à Joseph Haight.

CARY ou CASEY
Henry était de Rye en 1771.

CARHART
Joseph Carhart est mentionné en 1719, et en 1727 avec Ann, probablement sa femme. Jean, 1722-1750, semble avoir été constamment réquisitionné comme témoin d'actes. Jusqu'en 1737, il vécut près de l'église, apparemment dans la maison actuelle (1870) de l'immeuble de M. Joseph Kirby, qu'il tenait « à droite de George Lane ». Ce qu'il a vendu, avec deux acres de terre, au révérend James Wetmore. John a été greffier de la sacristie pendant de nombreuses années. En 1745, il signe avec Jane, probablement sa femme.
John Carhartt, junior, mentionné 1750, était sans doute le fils du susnommé. Il vivait en 1763. Thomas, 1737-1747 Jonathan, 1737, et Matthew, 1747-1749, peuvent avoir été d'autres fils.
John, Joseph et Andrew Carhartt vivaient à Rye en 1771.
Hachaliah Carhartt, qui aurait été un officier du service britannique, faisait partie de la compagnie des réfugiés de De Lancey qui capturèrent le juge Thomas à sa résidence à Harrison en 1777. Il mourut vers 1834.
L'un de ces noms, un forgeron, avait une boutique sur le terrain actuel (1870) de M. James Weeks, à l'époque de la Révolution.

CHARPENTIER
Joseph Carpenter était ici en 1718 (Brander's Book), Timothy en 1720, Silles (Silas ?) en 1721 (ibid). Nos archives mentionnent également Benjamin, 1749, et Isaac, 1754. Isaac avait une fille Hannah, qui épousa Stephen Barnes, de Harrison, le vingtième du douzième mois, 1780. (Friends' Rec.)

I. 1. Thomas, appelé 'jr. de Rye,' en 1739, et 'fin de l'isl. de Nassau, maintenant de Rye,' en 1742, a acheté, entre 1739 et 1743, la ferme de Samuel Field de cent dix acres, au sud de la ferme du juge Thomas et John Fowler, de cent trente et un acres, avec d'autres terres en la partie inférieure de Harrison. (Rec., C. pp. 124, 149, 150.) Il avait un fils Joseph, et deux filles, dont l'une, Hannah, épousa Salomon Haviland, fils de Benjamin, dix-septième du neuvième mois, 1742. (Friends' Rec .)
2. John, « of Oyster Bay », en 1739, était peut-être, comme Thomas, un fils de Thomas, sernior. Il a acheté Little Neck, soixante-dix acres, une partie de Budd's Neck, à John Budd. Il était encore « d'Oyster Bay » en 1751, lorsqu'il céda cette terre à son fils John « of Rye, chapelier ». (Rec.) Nous n'avons pas plus de connaissance de cette branche.
John, peut-être celui-ci, avait un fils Abraham, de North Castle, qui épousa Lydia, fille de Peter Totten, le vingtième du neuvième mois, 1759. (Friends' Rec.)

II. Joseph (2), fils de Thomas (1), épousa Mary, fille de John Clapp, de Greenwich, Connecticut, le quatorzième du douzième mois, 1768. (Friends' Rec.) Il vivait à Harrison, où M. Joseph Park maintenant (1870) vit et possédait trois fermes maintenant comprises dans le domaine de M. Park. Fils : John, William, Thomas, Charles, Joseph filles : Phoebe, mariée à James Field Dorcas, mariée à William Cornell Martha, mariée à John Schureman Mary, mariée à John Sands Sarah.

III. 1. John (3), fils de Joseph (2), épousa Elizabeth Field. Sa ferme se trouvait au nord de celle de M. Warren Leland. Enfants : Uriah, Aaron, Joseph, Mary Phoebe, mariés à Silas Sutton.
2. William (3), fils de Joseph (2), né le 7 juillet 1772, décédé le 26 septembre 1847. Il épousa Abby Jane, fille d'Ezekiel Halsted, née le 29 mars 1772, décédée le 31 mars 1834. Il possédait autrefois la ferme au nord de celle de M. Park, et a déménagé en 1810 à l'endroit actuel (1870) de M. Leland. Fils : Philemon H., Allen P., Thomas W. filles : Elizabeth J., née le 27 décembre 1803, mariée à Joseph Bartram Martha S., née le 10 juillet 1812, mariée à John H. Purdy, décédée le 27 juin 1850 .
3. Thomas (3), fils de Joseph (2), marié, d'abord, Mary _____, et avait un fils, Richard, maintenant (1870) vivant sur la ferme anciennement de son père à Greenich, Connecticut Deuxième épouse, Eliza Keeler.
4. Charles (3), fils de Joseph (2), épousa Phoebe Cromwell. Il possédait maintenant la ferme (1870) de M. Griswold, à Harrison. Enfants : Alfred, Edward, James, Elizabeth (morte jeune) Sarah Ann, mariée à William Haviland Phoebe, mariée à David Haviland.
5. Joseph (3), fils de Joseph (2), a épousé Eliza Taber. Il possédait l'une des fermes aujourd'hui (1870) de M. Park. Enfants : Harriet, mariée à Joseph Park Mary, Arthur.
Daniel Carpenter, peut-être de la même famille, né vers 1750, épousa Sarah Merritt. Au début de la Révolution, il vivait sur la terre de Peck, Greenwich, Connecticut. Il s'est rendu à Long Island pendant la guerre, après quoi il a vécu là où M. James Weeks (1870) vit maintenant, à Rye, et de là a déménagé dans un ferme sur Grace Church Street, s'étendant jusqu'à Fox Island. Il mourut vers 1830.
Enfants : Gilbert, Daniel Hannah, marié Francis Secor de Harrison Rhoda, Maria, Thorn, Jacob, Peter, Zeno, Merritt, Sylvanus, Elizabeth.
Gilbert, fils aîné de Daniel, né le 10 novembre 1772, marié à Elizabeth, fille d'Isaac Gedney, né le 30 novembre 1869, décédé le 14 novembre 1844. Il est décédé le 2 juillet 1820. Fils : Elisha, William filles : Ann, Sarah, Mary, Charity, Charlotte, Penelope. Elisha (mon informateur, vivant maintenant à Harrison) a épousé Sarah L. Deall.
Daniel, fils de Daniel, a eu plusieurs enfants : William, Thorn, Phoebe, Ezra, Eliakim et ____, a épousé Elijah P. Morrill.

CAVALAER
« La succession de Peter Cavalaer de Long Island, décédé » est mentionnée en 1771. La terre ainsi désignée se trouvait au sud de la route menant de Grace Church Street au débarcadère, ou Rye Ferry. 'Cavalier Rock', ainsi appelé en 1804 - Cavalier's en 1829 - et encore connu des anciens habitants de nos jours (1870), tire évidemment son nom de ce personnage dont nous n'avons pas d'autre trace.Ce rocher se dresse au bord de l'eau, sous Horse Rock, près du débarcadère tardif des bateaux à vapeur.

CHATTERTON
Michael Chatterton « du manoir de Philipsboro », en 1752, acheta soixante-six acres de terre « sur la pointe de Brown près des White Plains », c'est-à-dire à Harrison. Chatterton Hill, célèbre en rapport avec la bataille de White Plains, mais situé, non pas dans cette ville, mais de l'autre côté du Bronx à Greenburg, ancien manoir de Phillipsburg, tire sans aucun doute son nom de cette famille, dont un membre, dit M. Bolton, a été établi sur la colline dès 1731. (Hist. of Westcheter Co., vol. ip 242.) 'Bets' Chartterton, 1756-1767, et Shadrach, 1757-1758, étaient de Brown's Point.

FROMAGER
Samuel Cheeseman, d'Oyster Bay, acheta en 1720 à Abraham Miller un « grand terrain » de quatre-vingts acres, soit un cinquième de l'étendue connue sous le nom de Brown's Point, à Harrison. En 1739, ce lot avait «appartenu auparavant à Ann Cheeseman».

CLAPPEMENT
I. Le capitaine John Clapp prétendait être « de la ville de Rye » dès 1705, lorsqu'avec Joseph Theall et John Horton, il acheta aux Indiens des terres maintenant à North Castle, au-dessus de Rye Pond et à l'ouest de la rivière Byram. (Co. Rec., E. p. 1.) 'L'humble pétition de John Clapp John Horton Thomas Hyat & Company Habitants et résidents de la ville de Rye' au gouverneur Cornbury, montre que les pétitionnaires, 'étant des habitants de la ville de Rye ont par votre Excellence le permis d'acheter des terres dans le comté de West-Chester, et selon les coutumes de la ville de sd fait l'achat d'une certaine étendue, située entre Byram River et Rye Ponds, pour laquelle ils désirent un brevet. Cette pétition a été lue et un mandat a été ordonné le 27 septembre 1705. (Land Papers, Secretary of State's Office, vol. iv. p. 61.) 'Ye house of John Clap' on King Street, a été mentionné en 1724, lorsque le route de cette rue à travers Harrison aux White Plains a été ouverte. Ici, sans doute, il vivait en 1718, lorsque le connétable de Greenwich venant demander les "tarifs dus au ministre de Horseneck", il "ferma les portes et me dit", dit ce fonctionnaire, "si j'entrais, il me frapperait à la tête. (NY Col. MSS., vol. lxi. p. 17.) Cette pugnacité, bien qu'elle soit conforme à son grade militaire, semble moins en harmonie avec sa profession de « quecker réputé », car il se désigne lui-même dans son « solennel affiratmion », à une contre-déclaration dans le même cas. (Ibid. p. 14.) Il était vivant en 1725. Ses fils, selon le pedigree donné par M. Bolton, étaient John, Silas, Elias et Gibson.

II. 1. John Clapp (2), fils de John (1), est mentionné en 1748, alors qu'il possédait des terres des deux côtés de la route menant à la maison des Amis. Enfants : Thomas Dorcas, qui a épousé en premier, William Sutton, en second, Francis Nash Mary, qui a épousé Joseph Carpenter.
2. Silas Clapp (2), fils de John (1), était « de Rhode Island ». (Boulonner)
3. Elias (2) avait deux fils, Jean et Benjamin. John, fils d'Elias, épousa Phoebe, fille de John Hallock, le 17 avril 1765. (Friends' Rec.)
La maison de John Clapp est un bâtiment d'intérêt historique. Il se trouve près du coin de la rue King et de la route menant à la maison de la réunion.

CLEATOR
Joseph Cleator.

COLE
Samuel Cole, mentionné 1719.

NÈGRE
Jacob Coon, tisserand, possédait des terres à White Plains, en 1748.

CORNEL
Richard Cornell, de Cow Neck, vendit en 1724 à Benoni Merritt, de Rye, deux cents acres dans le brevet de Fauconier. D'après le pedigree très étendu de cette famille que donne M. Bolton, il semble qu'il était le fils de John, de Cow Neck, quatrième fils de Richard, qui a émigré d'Angleterre à Long Island vers 1655, et a acheté Little Neck sous les Hollandais gouvernement. Le petit-fils Richard déménagea de Cow Neck à Westchester en 1725 et, en 1733, se plaignit, avec Silvanus Palmer, auprès du gouverneur, de l'injustice qui leur avait été faite par le shérif de Westchester en refusant leur vote lors d'une élection parce qu'ils étaient quakers. (Doc. Hist. of N.Y., vol. iii. p. 1008).
Joseph Cornell, de Mamaroneck, fils de Richard, épousa Phoebe Ferris, fille de Peter Ferris, vingtième du quatrième mois, 1734. (Friends' Rec.)

CORNOUAILLES
Daniel Cornwall était de Brown's Point ou Harrison's Purchase dès 1738. En 1749, il vendit sa maison et 130 acres, près de Horton's Pond et de la rivière Mamaroneck. Il a épousé Marie _____. Jacob Cornwall, mentionné en 1715, de White Plains en 1741, avait des terres dans la même localité. Samuel, 1732. Le nane est écrit comme souvent Cornell, mais je ne trouve aucun Daniel de cette période parmi les descendants de Richard ci-dessus mentionnés.

COUVERT
Isaac Covertt, avant 1722 possédait des terres à Will's Purchase, qu'il vendit en 1725-1733, il possédait des terres à White Plains.

CRAMPTON
Samuel Crampton, tisserand, vendit en 1742 sa propriété de la rue King, en face de celle de Samuel Wilson.

CRAWFORD
John Crawford, en 1760, possédait des terres sur Budd's Neck.

CROMWELL
« Les différentes branches de la famille Cromwell en Amérique prétendent descendre du même stock parental que celui du Protecteur, Oliver Cromwell. On suppose que l'ancêtre de la lignée américaine était le colonel John Cromwell, troisième fils de Robert Cromwell et frère du Protecteur. (Bolton, Hist. of Westchester Co., vol. ii. p. 512, app. Le pedigree suivant est basé en partie sur le compte rendu par M. Bolton.)

I. John Cromwell (1), fils du colonel John, a émigré de Hollande vers la Nouvelle-Pays-Bas. Il résida en 1686, à Long Neck, Westchester, plus tard connu sous le nom de Cromwell's Neck. Il a épousé Mary _____ et a laissé deux fils, John et James.

II. 1. John Cromwell (2), fils de John (1), de Westchester, était l'ancêtre d'Oliver et de Jeremiah de West Farms. (Bolton, ibid. également vol. i. p. 254.)
2. James (2), deuxième fils de John (1), de Westchester, est né en 1696 et a épousé Esther Godfrey. Il mourut en 1780. Enfants : John, James, William. En 1748, James 'Crumwell of Greenwich' acheta à la veuve de Thomas Weeden sa plantation à Harrison's Purchase - une parcelle située "au nord de la maison de réunion de frind et au nord de la route", et délimitée à l'ouest par les terres de Thomas Tredwell, au nord par 'Clapp's land', à l'est et au sud par la route. Une autre parcelle se trouvait du côté sud de la route et était délimitée à l'est par les terres de John Clapp, au sud par celles d'Anthony Field et le lot de la maison de réunion, à l'ouest et au nord par la route. (Rye Records.)

III. 1. John Cronwell (3), de Harrison, fils aîné de James (2), né le 5 décembre 1727, épousa Anna Hopkins de Long Island, née le 12 janvier 1730. Il était un patriote actif pendant la Révolution. Sa maison est encore debout (1870), à une courte distance au-dessus de la maison de réunion des Amis dans l'Achat, près de Rye Pond. Ici, l'« avant-garde » d'une force de troupes continentales stationnées sur King Street, a été déclarée par un journal tory à New York, le 14 février 1780, occupant « la maison de John Crom [c'est-à-dire, Cromwell] près du Quaker lieu de réunion à Harrison's Purchase.' (Gain's Gazette). Le nom de M. Cromwell apparaît en 1777 parmi les noms des routiers qui ont présenté au Comité de sécurité de New York leurs comptes pour le service dans l'enlèvement du fourrage et le transport des habitants bien affectés vers l'intérieur. (Journals of Provincial Congress, vol. i. p. 955.) Il souffrit sévèrement des mauvais traitements infligés aux troupes britanniques et à leurs alliés des Cow Boys, en raison de son attachement bien connu à la cause américaine. Une fois, dit-on, un groupe de Cow Boys est entré dans sa maison et lui a demandé de leur dire où il gardait son argent caché. Sur le refus de M. Cromwell, ils l'ont saisi, et chauffant une pelle de rouge dans le feu de la cuisine, l'ont appliquée à sa personne nue. M. Cromwell a vécu pour raconter divers incidents de son expérience pendant la guerre, avec beaucoup de satisfaction, dans une bonne vieillesse. Il mourut en 1805, à l'âge de soixante-dix-huit ans.
Enfants:
James, Daniel, John, Joseph, William Naomi, né le 4 mai 1757, épousa le révérend _____ Halsted Esther, né le 1er janvier 1760, épousa John Griffin junior, de North Castle, vingt-deuxième du dixième mois, 1777 (Amis Rec., Purchase) Hannah, née le 20 mai 1762, épousa William Field of Cottland's Manor, fils de Benjamin, le quinzième du cinquième mois, 1782. (Ibid).
2. James Cromwell (3), fils de James (2), 'quitta Oliver.' (Boulonner).
2. WIlliam Cromwell (3), fils de James (2), était de Poughkeepsie, et était le père de William de New York et de Robert du Canada. (Idem)

IV. 1. James (4), fils aîné de John Cromwell (3), de Harrison, est né le 6 novembre 1752 et est décédé le 23 décembre 1828. Il a épousé, le 15 mai 1782 (Friends' Rec.), Charlotte Hunt, fille d'Aaron de Greenwich, Connecticut, née le 18 novembre 1762, décédée en janvier 1839. Enfants :
Daniel, James, Oliver, David, Aaron, William et Mary (jumeaux, morts jeunes), WIlliam, John Hannah épousa David Griffin Rebecca, épousa George Fritts Anne, épousa John Haviland.
2. Daniel (4), deuxième fils de John Cromwell (3) de Harrison, est né le 17 juillet 1755. Il a épousé Rachel Hopkins de Long Island. Enfants : John et Sarah, qui ont épousé William Waring.
3. John (4), troisième fils de John Cromwell (3) de Harrison, est né le 18 août 1767.
4. Joseph (4), quatrième fils de John Cromwell (3), de Harrison, né le 3 mars 1770 décédé en 1843. Il épousa Mary Clapp, de Greenwich. Leur fils William, de Harrison, épousa Sarah Griffin.
5. William (4), cinquième fils de John Cromwell (3) de Harrison, né le 29 avril 1773, résidait au Canada. Il a quitté William, de New York.

V. 1. Daniel (5), fils aîné de James Cromwell (4), épousa Elizabeth Townsend. Enfants : Henry, Edward, Daniel et Charlotte, tous de New York.
2. James (5), deuxième fils de James Cromwell (4), a épousé Anne Abbott.
3. Oliver (5), troisième fils de James Cromwell (4), épousa Sarah Titus et laissa Joshua du comté de Monroe, Thomas de New York, James, John of St. Louis et William of New York.
4. David (5), quatrième fils de James Cromwell (4), a épousé Rebecca Bowman. Enfants : William D., de New York, Henry, James, Frederick, Anna, Sarah, Charlotte, Rebecca, Emily.
5. Guillaume (5), sixième fils [trad. note : je sais qu'ils ont sauté sur le fils #5], de James Cromwell (4), a épousé Caroline Underhill, fille de Joshua. Enfants : James W. et Caroline.
6. John, huitième fils [où est le #7 ??] de James Cronwell (4) d'Orange County, N.Y. il a épousé Laetitia Haviland. Enfants : Walter, du comté d'Orange, James, David et Oliver.
7. John (5), fils de Daniel Cromwell (4), a épousé Elizabeth Thorn, de Glen Cover, L.I. Enfants : James T., M.D., d'Indiana Daniel S., Charltes T. et Leonard T. de New York.
M. Charles T. Cromwell (6), fils de John (5), épousa Henrietta, fille de Benjamin Brooks, de Bridgeport, Connecticut, un descendant en ligne directe de Theophilus Eaton, premier gouverneur de la colonie de New Haven, et de Robert Cromwell , père du Protecteur. Henrietta, troisième fille de Robert et Elizabeth Cromwell, épousa en 1623, le colonel John Jones, par la suite l'un des juges de Charles I. Leur fils William, né à Londres en 1624, épousa en 1659 Hannah, fille du gouverneur Theophilus Eaton. William Jones devint sous-gouverneur de la colonie de New Haven, puis lieutenant-gouverneur de la colonie du Connecticut. Il est décédé le 17 octobre 1706, à l'âge de quatre-vingt-deux ans, sa femme est décédée le 4 mai 1707, à l'âge de 74 ans. (Mémoires de Theophilus Eaton, le premier gouverneur de la colonie de New Haven par Jacob Bailey Moore. Dans Collections of the New York Historical Society deuxième série, vol. ii, papier xv.' pp. 469-493.)
M. Charles T. Cromwell, dont la résidence d'été est sur l'île Manussing, Rye, a eu trois enfants : Charles B., qui s'est noyé en juin 1860 Henrietta, qui a épousé John de Ruyter, de New York, et Oliver Eaton Cromwell.

CROOKER
William Crooker, 1783-1784. Moses Crooker, 1791, avait un entrepôt près de l'actuel pont (1870) traversant la pointe de Lyon, Port Chester.

SIGNAL
La « terre de James Cue » en 1723 était apparemment située là où se trouve celle de M. James Weeks. C'est la seule mention de lui que l'on trouve.

DUSENBERY
Henry Dusenbery, 1721, a acheté un morceau de « marais salé » sur l'île Manussing. En 1724, il possédait un terrain sur la route de l'Achat menant à la rue King. Henry, de Harrison, sans doute un fils de ce qui précède, né le 28 juillet 1735, épousa Susannah Ogden, née le 27 mai 1738. (Sa mère était Wilmot Ogden.) Enfants :
Henry, né le 12 novembre 1757, a épousé Hannah Budd.
Wilmot, né le 17 février 1759, a épousé Joseph Merritt.
Jemima, est décédée jeune.
Helena, née le 5 août 1763, épouse John Hawkins.
Freelove, né le 13 novembre 1766, épousa en premier, le 27 mars 1798, Peter Brown, originaire d'Écosse, né le 8 novembre 1774, décédé le 29 septembre 1799 en second, James Glover. Elle est décédée le 12 juin 1856. Fille de l'ancien mariage, Margaret W., née le 16 février 1799, mariée le 16 juillet 1817 à John Pirnie. (Pirnie Family Rec.)

DANIELS
Thomas Daniels « de la ville de Rye », se plaint du connétable Horseneck en 1718.

OFFRE
Samuel Deall est mentionné pour la première fois en 1791, époque à laquelle il fonda un moulin, aujourd'hui (1870) celui de M. Van Amringe. Il est surveillant de 1809 à 1822.

DELHINGHAM
Stephen Delhingham, témoin en 1750.

FERMER
Peter Demilt avait des terres à Will's Purchase, mais au-dessus des limites de la ville, en 1713.

DICKINSON
Joseph Dickinson possédait des terres à « achat Limpen Wills » près de la rivière Byram, en 1722.

DIXON
John Dixon était à Rye en 1791. Il était le père de John, James et Thomas et de trois filles, dont l'une épousa John Minuse. 'James Purdy, fils de John Dixon, a été baptisé le 10 septembre de cette année-là.

DOW
John Dow, mentionné 1729.

ESQUIVE
Joseph Dodge, sa « pré salé » était près du port de Mamaroneck en 1772.

DOUTTY
Palmer Doutty était ici en 1715.

VAILLANT
I. Francis Doughty était probablement un descendant du révérend Francis Doughty, qui est venu vers l'année 1642 de l'Angleterre à la Nouvelle-Angleterre, et de là à New Netherland, où il a acheté une grande étendue de terre à Mespath, maintenant (1870) Newtown, LI Il a été conduit de là dans les troubles des Indiens à New Amsterdam, où il a officié comme ministre pendant un certain temps. Son homonyme, Francis 'junior, de Flushing en 1728 a acheté une maison à Rye connue ces dernières années sous le nom de Van Sciklin, avec trois acres de terre. Il semble avoir vécu ici jusqu'à environ 1740, était juge de paix en 1735, et agent de police en 1737, et sacrificateur à plusieurs reprises. En 1748, nous le trouvons publicité comme 'Francis Doughty, qui a gardé le Kings Bridge", et "maintenant enlevé au signe de la Sun in Rye,' etc. Il est mentionné pour la dernière fois en 1753.

II. John Doughty (2), fils de Francis (1), mentionné 1750, succéda à son père comme aubergiste dans le 'vieux fort' et fut connétable, 1750, 1768-1773. Son testament est daté de 1789 et mentionne quatre fils : John, Isaac, Philemon et Ebenezer et deux filles : Mary Tillot et Sarah Van Cot. (Bureau de substitution, White Plains).
David Doughty (2), mentionné 1788-1797, probablement un fils cadet de François (1), occupa diverses fonctions dans la ville.

III. John Doughty (3), fils de John (2), tenait l'auberge, qui était maintenant connue sous le nom de « Doughty's », et était greffier de la ville, 1794-1799. Phoebe, épouse de John Doughty, est décédée en 1812, à l'âge de quarante-deux ans. (Cimetière près de Mamaroneck).

EISENHART
Christopher Eisenhart, un nom incontestablement teutonique, apparaît pour la première fois en 1730, à peu près en même temps que Godfret Hans. Eisenhart était de Harrison en 1745 et vivait en 1771. Christopher, cadet, alors mentionné, vivait à Rye, et vers le début de ce siècle (années 1800) occupait la vieille maison maintenant celle de M. Joseph Kirby. Il mourut le 29 avril 1719, âgé de cinquante-deux ans. (Cem.) Le nom est parfois écrit Izenhart.

ELSWORTH
Joseph Elsworth, témoin en 1729.

EMBRER
John Embree, témoin en 1732.

ESMOND
Thomas Esmond, de Harrison's Purchase en 1733.

EUSTACE
David Eustace, de Westchester en 1720, était l'époux de Mary, fille de Samuel Haight, et possédait à travers elle cent soixante-dix acres à Harrison, à l'ouest de Rye Pond, qu'il vendit à John Tredwell.

FARRINGTON
Stephen Farrington, de Rye, a épousé Elizabeth Sutton de North Castle, le seizième du deuxième mois, 1757. (Friends' Rec.) Edward Farrington, de White Plains, fils d'Edward, a épousé Phoebe Baker, le dix-huitième du vingtième mois, 1765. (Ibid ).

FAUCONIER
Peter Fauconier, originaire de France, en grande faveur auprès de Bellamont et Cornbury, gouverneurs de New York : par ce dernier fait collecteur et receveur général de la province en 1705. Il obtint de grandes concessions de terres des gouverneurs, et parmi les autres un brevet sur une parcelle du territoire revendiqué à l'origine par la ville de Rye. Ceci, longtemps connu sous le nom de brevet ouest de Fauconier, fait maintenant (1870) partie de la ville de North Castle. Sur la demande du peuple de Rye pour un brevet en 1720, le Conseil a examiné M. Fauconier, qui n'a fait aucune objection à l'octroi de la pétition. (Documents relatifs à l'histoire coloniale de New York, vo.s. iv., v. Land Papers, vol. viii. p. 5.)

FEENAS
Eléazar Feenas, témoin en 1703.

FERRIS
Peter Ferris 'de l'arrondissement de Westchester, esq.', en 1730, a acheté les droits de David Jamison sur la parcelle de terrain connue sous le nom de Harrison's Purchase.' Fot cette revendication, comprenant un cinquième de l'ensemble des voies, il a donné Quinze livres et l'a vendu ou donné la même année, à Peter Stringham, de Rye.

CHAMP
Cette famille retrace sa lignée jusqu'à John Field of Ardsley, Yorkshire, Angleterre, "un mathématicien et astronome distingué", né vers 1525, décédé en 1587. Robert, son arrière-petit-fils, né en 1610, a déménagé en Amérique et s'est installé à Flushing , LI en 1645.
I. Benjamin Field (1), petit-fils de Robert, né en 1663, épousa Hannah Browne, de Flushing. Il a eu six fils : Benjamin, John, Samuel, Anthony, Joseph et Robert et deux filles : Hannah, née en 1700 et Sarah, née en 1707.
1. Benjamin Field (2), fils de Benjamin (1), né en 1692.
2. John Field (2), fils de Benjamin (1), né en 1694.
3. Samuel Field (2), fils de Benjamin (1), mentionné en 1723, avait trois fils : William, Stephen et John.
4. Anthony Field (2), fils de Benjamin (1), né en 1698, épousa Hannah Burling. Il déménagea de Flushing à Harrison's Purchase en 1725. Il eut six fils : John, Thomas, Moses, Samuel, Benjamin, William et deux filles : Sarah, qui épousa Joseph Waters, et Mary.
5. Joseph Field (2), fils de Benjamin (1), né en 1702, avait trois fils : Gilbert, Néhémie et Salomon et une fille, Comfort.
6. Robert (2), plus jeune fils de Benjamin Field (1), né le 7 juillet 1707. On dit qu'il est venu jeune de Long Island avec son père, lors d'une tournée de "prospection", mais a trouvé le pays si sauvage qu'il est revenu. Plus tard, il revint et épousa, vers 1737, Abigail, fille de Joseph Sutton, de King Street. Joseph Sutton a laissé sa maison et la moitié de sa ferme à Robert, qui l'a léguée à son fils unique Uriah. Robert 'de Greenwich, Ct.,' - probablement le même - avait deux filles : Sarah, épousa Isaac Underhill, dix-huitième du huitième mois, 1756 et Jerusha, épousa Stephen Field, fils de Nathan, quinze du dixième mois, 1760. (Amis ' Rec.).

III. 1.William Field (3), fils de Samuel (2), a eu deux fils, William et Samuel.
2. John Field (3), fils d'Anthony (2), était de Yorktown.
3. Uriah Field (3), fils de Robert (2), est né en 1738 et décédé en 1814. Il a épousé Mary Quinby, de Westchester, fille d'Aaron, dix-huitième du premier mois, 1764. (Friends' Rec.) Ils eurent quatre fils : Aaron, Robert, Josiah, James et six filles : Abigail, Elizabeth, Hannah, Sarah, Mary et Anne.

IV. 1. Aaron Field (4), fils d'Uriah (3), né en 1760, épousa Jane, fille de John et Phoebe Haviland, et eut deux fils, Charles et Richard et quatre filles (1870) vivant actuellement, Sarah, Anne, Élisa et Hannah. Ces dames résident dans la propriété familiale, dans la partie supérieure de la rue King.

I. Nathan Field, né le 30 novembre 1702, a épousé Elizabeth _____, née le 31 mars 1702. En 1752, il vivait dans la partie ouest de Harrison, près de l'étang de Horton. Nos archives le mentionnent, 1737-1771. Il avait un fils Stephen et un fils William.

II. 1. 'Stephen Field, de Rye, fils de Nathan', épousa Jerusha Field, fille de Robert, de Greenwich, Connecticut, '15 du 10 mois, 1760.' (Friends' Rec.) Ils eurent quatre fils : William, Jesse, Oliver David et trois filles : Jerusha, Phoebe et Elizabeth. (Famille Rec.)
2. Oliver (3), fils de Stephen (2), né le 29 mars 1766.
3. David (3), fils de Stephen (2), né le 28 avril 1768, a épousé Sarah _____, née le 11 avril 1776, décédée en juin 1817. Il est décédé le 15 octobre 1805. Enfants : Marcia, née janv. 25, 1799 Stephen, né le 31 juillet 1800 et David, né le 6 octobre 1804.

IV. Stephen Field (4), fils de David (3), épousa Mary C., née le 26 mars 1805. Ils ont eu sept fils : William M., Joseph C., Stephen J. (mort jeune), David R., Stephen, Charles, James et une fille, Sarah A., ont épousé David A. Banks.

FLAMMAN
Cornelius Flamman [Flamand ?] était un Français, probablement un huguenot, qui fut apprenti de M. Francis Garabrant, à New York, de 1707 à 1722, et épousa sa fille. Flamman était ici en 1734 et a vécu à Saw Pit en 1741-1743. Il était (vraisemblablement) administrateur de la congrégation presbytérienne de Rye en 1753. Il était mort en 1758, lorsque Cornelius, son « fils aîné et héritier », a vendu sa terre à Merritt's Point.

INONDATION
'John Flood le batelier' de Rye, a témoigné devant le Comité de sécurité, le 27 janvier 1776. Le 29 août 1776, vingt dollars ont été "donnés à M. Flood, en récompense de sa conduite fougueuse dans l'arrestation de William Lounsbery, un ennemi notoire de la cause de l'Amérique. (Archives américaines, quatrième série, vol i. p. 1555.) Le capitaine Flood vivait à Saw Pit en 1789, lorsqu'un John junior est mentionné.

CONTREMAN
Salomon Foreman, 1736.

FITZGERALD
Edward Fitzgerald, 1712.

CHASSEUR
I. William Fowler, de Flushing, a vendu des terres à Taffy's Plain à Rye, 1706 et a cédé deux cent quarante acres de terre, probablement à Harrison, à son fils William, de Rye, 1711. (Co. Rec., E. 9 .) Il vivait en 1716. Il avait deux fils, Guillaume et Jean, et probablement trois autres, Thomas, Joseph et Jérémie.

II. 1. William Fowler (2), fils de William (1), de Flushing, est appelé junior en 1716. Il était 'de Menussink' ou 'Homme île, 1719-1722, mais apparemment déplacé sur le « terrain de la ville », et mort en 1742. Peut-être avait-il transféré la terre de Harrison à son frère Thomas.
2. John Fowler (2), fils de William (1), de Flushing, avait de son père « un tiers du lot numéro deux », à Rye - probablement à Harrison. Sa "maison d'habitation" est mentionnée en 1720. En 1742, il vendit à Thomas Carpenter, fin de l'île de Nassau, sa ferme de cent trente et un acres à Harrison, apparemment des deux côtés de la route d'achat, au nord de la route de la rue King.
3. Thomas Fowler (2), peut-être un fils de William (1), possédait en 1723 des terres sur la route de White Plains à Harrison en 1724, il vendit à Henry Franklin deux cent quarante acres « à l'achat de Harris ». Sa femme était Catherine. Il s'installa sur le « terrain municipal » de Rye et acheta une maison et cinq acres de terrain où se trouve actuellement l'église presbytérienne (1870). Il était juge de paix en 1734 et vivait en 1737.
4/ Joseph Fowler (2), peut-être un fils de William (1), possédait une ferme à Harrison, du côté ouest de Purchase Road. Il était le père de Benjamin et James. Lui, ou un autre Joseph, vendit en 1729 sa ferme dans les White Plains. « feu Joseph Fowler », est mentionné en 1730.
5. Jeremiah Fowler (2), peut-être un fils de William (1), possédait en 1723 des terres à Harrison contiguës à celles de Thomas, et dans les White Plains. il avait un fils Jérémie. 25 mars 1771, 'Une bonne ferme située dans l'achat de Harrison, située et allongée sur la route menant de Rye à Beford, à trois milles du débarquement de Saw Pit et à quatre milles du débarquement de Rye', est annoncée dans les journaux de New York comme pour vendre. Il contient cent soixante-quatre acres de bonne terre rentable, et appartenait autrefois à Jeremiah Fowler décédé.
Le 'Lieutenant William Fowler' a vécu, de 1723 à 1742, sur la rue King, et appartenait apparemment à une autre famille. En 1742, il vendit sa ferme de cent vingt-cinq acres, entre Blind Brook et la ligne de la colonie et la route, à Adam Seaman, de North Castle, se réservant « le lieu de sépulture pour enterrer ceux de sa propre famille ».

FRANKLIN
Henry Franklin de Flushing acheta des terres à Harrison à Thomas Fowler en 1724 qu'il vendit en 1729 à Thomas Franklin. Thomas, mentionné 1725-1750, vendit cette dernière année à William Anderson cent cinquante-huit acres au carrefour de Harrison à White Plains.

FRANÇAIS
George French, en 1740-1751, acheta plusieurs « petits lots » à White Plains.

GRAND VENT
Griffin Gale a acheté vingt acres à Hog-pen Ridge en 1764.

GANDAL
John Gandal, décédé en 1769, avait possédé des terres à Budd's Neck, près d'Archibald Telford. Elijah Gandrell était ici en 1813.

GIBSON
Joseph Gibson témoin en 1740.

GILCHRIST
Thomas Gilchrist, 1738, a acheté la maison de Moses Galpin avec trente-cinq acres sur la route de campagne, près de la terre de Daniel Purdy. Thomas et William étaient ici en 1752.

GANTIER
John Glover, 1738, acheta en 1742 trois acres de terrain sur « Grachus street », près de Hyatt's Cove. Il était de Newtown, Connecticut, en 1745.

GORUM [GORHAM ?]
George Gorum ou George Gorham, témoin, 1733-1736.

GRAHAM
Augustine Graham, de Morrisania, fils de James, qui fut procureur général de New York de 1685 à 1701, était titulaire avec Clapp, Horton et d'autres de terres alors situées dans les limites de Rye, entre Byram River et Rye Pond. « Young Graham » a fait l'objet d'une plainte en 1701 parce qu'il était concerné par l'une des concessions extravagantes de terres faites par le gouverneur Fletcher. En 1711, il écrit : « Je vends ma terre à Ry Ponds afin de lever des fonds pour régler mes arriérés envers M. [Gouverneur] Dongan. (NY Col. MSS., lvi. p. 125.) Il était mort en 1719. (Doc. rel. au Col. Hist. de NY, iv., v.) Ses terres étaient adjacentes à celles de John Clapp en 1723 .
James Graham, de Morrisania, vendit en 1742 des terres à Harrison.
John Augustus [ou Augustine] Graham, sans doute de la même famille, était un médecin des White Plains, qui prit une part active aux affaires politiques au début de la Révolution. Il était l'un des principaux membres du Comité de sécurité en 1776. (Archives américaines, quatrième série, vol. i, p. 1447, etc.) Il vivait près de l'[ancien] palais de justice des White Plains.

GRAHAM
Robert Graham, de Scardale, en 1749, acheta une parcelle de cinquante acres à White Plains, au sud de la « route donnant sur la colline Wolf-pit ». C'était sans doute le docteur Robert Graham qui pratiqua la médecine dans ce quartier pendant plusieurs années avant la Révolution, peut-être le frère du docteur Andrew Graham de Woodbury. (Hist. de Woodbury, Connecticut, p. 547.)

VERT
Joseph Green, 1717, était de King Street en 1729.

GRIFFON
Richard Griffin, en 1722, possédait des terres à Harrison, près de la rivière Mamaroneck et près de Rye Pond.
Jacob Griffin, 1717-1733, était de White Plains en 1737-1752. En 1750, il acheta à Aaron Veal quatre-vingt-quinze acres à Harrison, à l'ouest de Rye Pond.
Adam Griffin y possédait une propriété en 1727. Caleb Griffin était de White Plains en 1752.
Henry Griffin, 1746-1762, avait des terres sur Budd's Neck, en dessous de Guion. Anne, probablement sa femme, est mentionnée avec lui en 1762.
Le capitaine Jonathan Griffin, 1749, était un ancien de l'église presbytérienne de White Plains en 1762. Sa pierre tombale, dans le cimetière de cette église, enregistre sa mort, le 27 avril 1780, à l'âge de soixante-dix-sept ans, dix mois et sept jours.

GUION
I. John Guion, de Rye Neck, était le petit-fils de Louis Guion, de La Rochelle, en France, qui, « quatre ans avant la révocation de l'édit de Nantes, s'enfuit avec sa famille en Angleterre, d'où il émigra en Amérique , et s'installa à New Rochelle vers 1687.' Son fils Louis, décédé à New Rochelle vers 1725, eut cinq enfants, dont John était le plus jeune. (Bolton, Hist. of Westchester Co., vol. ii, p. 521.)
En 1746, Joseph Horton vendit à John Gujon, pour trois cent quinze livres, « ma ferme et mes terres où j'habite maintenant au cou de Budd. des deux côtés de la route de campagne, comprenant cinquante acres. Cette propriété n'est passée que très récemment des mains de ses descendants.
John, né le 1er février 1723, décédé le 21 juin 1792 épousa Anna Hart, née le 11 avril 1728, décédée le 26 février 1814. Ils eurent huit fils : Jonathan, Peter, James, John, Abraham, Isaac, Elijah, Monmouth Hart et trois filles : Sarah, née le 25 avril 1751, décédée le 15 juillet 1808, a épousé Bartholomew Hadden Dinah, né le 7 mai 1757, a épousé Peter Knapp et Anna, née le 12 janvier 1760, a épousé Silas Knapp.

II. 1. Jonathan Guion (2), fils de John (1), de Rye Neck, vivait dans le 'Middle Patent' ou North Castle. Il est né le 28 janvier 1749, a épousé Phoebe Lyon et a laissé deux fils, James et Alvy.
2. Pierre Guion (2), fils de Jean (1), né le 27 mai 1753, décédé en 1772.
3. James Guion (2), fils de John (1), né le 22 juin 1755, décédé à New Haven, le 1er février 1781.
4. John Guion (2), fils de John (1), né le 4 mars 1762, épousa Phoebe Huestis. Il était surveillant de la ville, 1797, 1801-1804. Il habitait aujourd'hui la maison (1870) occupée par Jonathan H. Gedney, et possédait le magasin situé au coin diagonalement opposé, alors la principale place d'affaires à Rye.
5. Abraham Guion (2), fils de John (1), né le 26 janvier 1765, marié, Mary 19, 1793, Mary Purdy, né le 7 juin 1777. Il est décédé le 9 octobre 1831 sa veuve, sept. 28, 1846. Ils eurent cinq fils : John (mort jeune), William, Henry, Peter Knapp, James Hart et Gabriel et sept filles : Anne Eliza, épousa Thomas Haviland et mourut le 26 octobre 1840 Sarah, décédée le 15 mai 1798 Maria, épousa John W. Conover de New York Sarah Ophelia, épousa Royal C. Ormsby of New York Charity Amelia, épousa Garret Vermilye Hetty Adeline, épousa Gilbert Haight et Charlotte Purdy, décédée le 2 avril 1824.
6. Isaac Guion (2), fils de John (1), né le 19 septembre 1767, épousa Elizabeth Wilsey.
7. Elijah Guion (2), fils de John (1), né le 19 avril 1770, épousa Elizabeth Marshall. Leurs fils étaient : le révérend John M. Guion et le révérend Elijah Guion.
8. Monmouth Hart Guion (2), fils de John (1), né le 8 octobre 1771, épousa Anne Lyon.

III. 1. James Guion (3), fils de Jonathan (2), de Middle Patent, était le père du révérend Thomas T. Guion.
Wililam Henry (3), fils d'Abraham (2), ancien propriétaire de la ferme.

GEDNEY
I. John Gedney, de Norwich, comté de Norfolk, Angleterre, né en 1603, est venu à Salem, Mass., en mai 1637, avec sa femme Mary, âgée de vingt-cinq ans. Il avait quatre fils : Jean, Barthélemy, Eléazar et Eli. Eleazar, le troisième, né le 15 mai 1642, était le père d'Eleazar, qui selon toute vraisemblance était l'ancêtre de la famille de ce quartier. Il est né en 1666. (Savage, Geneal. Dict. of the First Settlers of N.E.) L'inscription sur une pierre tombale dans le cimetière de Gedney, près de Mamaronick, disait : '1722. Ici repose Eleazar Gedney décédé le 27 octobre. Né dans le gouvernement de Boston.' À côté, « se trouve Anne Gedney, sa femme ».
II. 1. John Gedney (2), probablement le fils d'Eléazar (!), est né en 1695. Son épitaphe dans la même localité enregistre sa mort, le 3 octobre 1766, à l'âge de soixante et onze ans et celle de Marie sa femme le 5 janvier 1772, à l'âge de soixante-treize ans et deux mois. En 1740, « John Gedineyof Scarsdale » acheta à William Marsh cent seize acres à White Plains, pour quatre cents livres.
2. James Gedney (2), probablement le fils d'Eleazar (1), est né en 1702. Il « a quitté cette vie le 27 janvier 1766 dans la 64e année de son âge » et Hebe, sa femme, est décédée le 10 août 1799 , âgé de quatre-vingt-quatorze ans, six mois, huit jours. Il était aussi de Scarsdale en 1733, lorsqu'il acheta à Daniel Horton soixante acres à White Plains pour deux cents livres. En 1739, il acheta à John Budd cent deux acres sur Budd's Neck, entre la route de campagne et le vieux chemin de Westchester. En 1760, il acheta à Jonathan Horton cent trente-neuf acres sur Budd's Neck près de Mamaroneck Bridge, pour mille deux cent dix-sept livres. Des portions de cette terre, il a donné en 1761-1764 à ses fils, James, Isaac, Caleb et Jonathan. Leurs fermes étaient contiguës à Budd's Neck, donnant sur la route de campagne et s'étendant de la rivière Mamaroneck vers l'est au-delà de « Barry's lane ». Il avait trois autres fils, dont Salomon était l'un.

III. 1. Bartholomew Gedney (3), peut-être le fils de John (2), est né en 1720 et est décédé le 27 août 1775. (Cem.)
2. John Gedney (3), peut-être le fils de John (2), était de Crompond. Ses deux fils portaient les noms ancestraux Bartholomée et Jean. Il avait quatre filles : Martha, Sarah, Sibby et Mary. (Informations de Mme Todd, la sœur de Thomas Haviland.)
3. Eleazer Gedney (3), peut-être le fils de John (2), a acheté un terrain en 1754 à Harrison et à d'autres dans le comté d'Ulster, et l'a cédé en 1760 à ses cinq fils - Joseph, Eleazar, Daniel, David et Jacob. Il était alors de Scarsdale.
4. James Gedney (3), fils de James (2), est né en 1734 et décédé le 15 octobre 1809, à l'âge de soixante-dix ans, dix mois, vingt-sept jours. Sa femme, Anne, est décédée le 11 octobre 1806, à l'âge de soixante-cinq ans, onze mois, neuf jours. Ils vivaient dans une maison qui se trouvait directement en face de la porte du domaine du Dr Jay. Ils ont eu quatre fils : James, Abraham, Gilbert et Jonathan et sept filles : Nancy, a épousé Benjamin Gedney Sarah, a épousé Gabriel Burger Phoebe, a épousé ____ Kenny Mary, a épousé _____Sutton Tamar, a épousé David Roberts et est décédé à Glenn's Falls le 6 octobre. 1846 Martha, épouse _____Smith et Jane, épouse Daniel Hains.
5. Isaac Gedney (3), fils de James (2), avait de son père vingt-quatre acres et demi sur la route de campagne et la rivière Mamaroneck. Isaac, peut-être le même, était de Mamaroneck en 1750, lorsqu'il acheta dix-huit acres de Budd's Neck, entre le port et la route. Il a été arrêté et enfermé à White Plains au début de la guerre : sa lettre au Comité de sécurité parle de sa famille de sept enfants. Il s'agissait de Isaac Sylvanus, William Elizabeth, épousa Gilbert Carpenter Mary, mourut jeune Mary, épousa William H. Gedney _____, épousa William Gray, un capitaine de l'armée britannique. (Informations d'Elisha Carpenter.) Isaac Gedney a été enterré le 26 octobre 1791. (La paroisse de Notitia.)
6. Caleb Gedney (3), fils de James (2), avait de son père trente-neuf acres au bord de la rivière Mamaroneck. Caleb Gedney a vécu à White Plains pendant la Révolution, et a déménagé dans la partie inférieure de Harrison, il était l'un des signataires de la pétition pour une foire, 1771. Enfants : Henry, Phoebe, Gilbert, Caleb (maintenant (1870) vivant dans Mamaroneck, âgé de quatre-vingt-deux ans.)
7. Jonathan Gedney (3), fils de James (2), avait de son père trente-neuf acres de Budd's Neck. Il habitait là où se trouve aujourd'hui l'école de Miss Henderson (1870), près de Barry's Lane. Il est né le 17 mars 1739 et est mort pendant la guerre. Sa femme, Elizabeth Hains, est née le 29 décembre 1742 et est décédée le 24 août 1801. Ils ont eu cinq fils : Alexander (mort jeune), Solomon, Joseph Hains, William Tryon (mort jeune) et Jonathan et deux filles : Elizabeth, née le 29 janvier 1767, décédée le 30 septembre 1801 et Mary, née le 20 février 1772, décédée vers 1852.
8. Solomon Gedney (3), fils de James (2), a épousé ____ Horton et a vécu en face de la ferme du Dr Jay. Il avait une fille, Hannah, qui épousa Isaac Gedney.


Des images haute résolution sont disponibles pour les écoles et les bibliothèques via un abonnement à American History, 1493-1943. Vérifiez si votre école ou votre bibliothèque a déjà un abonnement. Ou cliquez ici pour plus d'informations. Vous pouvez également commander un pdf de l'image chez nous ici.

Gilder Lehrman Collection # : GLC02437.03041 Auteur/Créateur : Knox, Henry (1750-1806) Lieu de rédaction : Dorchester, Massachusetts Type : Lettre autographe signée Date : 16 août 1784 Pagination : 2 p. : dossier 19,8 x 18,8 cm.

Discute du traitement par Doughty d'un stock spécifique de poudre. Note que Doughty doit prendre soin de l'arsenal sous sa surveillance au mieux de ses capacités jusqu'à ce que de nouvelles instructions soient reçues du Congrès. Rapporte que Frederick Haldimand, gouverneur de la province de Québec, « ne livrera probablement pas les postes supérieurs cet été. " Écrit à Dorchester, un quartier de Boston, Massachusetts.

Avis de droit d'auteur La loi sur le droit d'auteur des États-Unis (titre 17, Code des États-Unis) régit la réalisation de photocopies ou d'autres reproductions de matériel protégé par le droit d'auteur. Sous certaines conditions prévues par la loi, les bibliothèques et les archives sont autorisées à fournir une photocopie ou une autre reproduction. L'une de ces conditions spécifiques est que la photocopie ou la reproduction ne doit pas être "utilisée à des fins autres que l'étude privée, la bourse ou la recherche". Si un utilisateur fait une demande ou utilise ultérieurement une photocopie ou une reproduction à des fins dépassant le « fair use », cet utilisateur peut être tenu responsable d'une violation du droit d'auteur. Cette institution se réserve le droit de refuser d'accepter une commande de copie si, à son avis, l'exécution de la commande impliquerait une violation de la loi sur le droit d'auteur.

(646) 366-9666

Quartier général: 49 W. 45th Street 2e étage New York, NY 10036

Notre Collection : 170 Central Park West New York, NY 10024 Situé au niveau inférieur de la New-York Historical Society


John Doughty - Histoire

DOUGHTY, Jean et Thomas (1793-1856). Le Cabinet d'histoire naturelle et des sports ruraux américains . Philadelphie : Publié par J. Doughty 1830-32-33.

3 tomes en 2, 4 o (294 x 235 mm). 3 titres gravés, 2 portraits gravés, et 57 planches pour la plupart lithographiées d'après Thomas Doughty et autres (53 lithographies en couleurs, une eau-forte en couleurs, 2 gravures incolores et une gravure sur bois incolore), 17 gravures sur bois in-texte. (Quelques brunissements, taches et taches, quelques feuillets avec de courtes déchirures marginales.) Demi-maroquin beige moderne, COUVERTURE BLEUE D'ORIGINE pour le volume 3 relié. Provenance : acquis auprès de la librairie Goodspeed, 1970.

PREMIÈRE ÉDITION DE « LE PREMIER LIVRE DE SPORT EN PLAQUE DE COULEUR IMPRIMÉ EN AMÉRIQUE » (Henderson). Initialement publié en pièces mensuelles.Bennett note que le volume 3 est « peut-être le plus difficile de tous les articles de sport américains à trouver. Artistiquement, le volume 1 est de loin le plus important, car il contient les planches originales de Thos. Doughty, célèbre peintre et père fondateur de la rivière Hudson. L'école." 31 planches représentent des oiseaux américains. Bennett, p. 35 Henderson, p. 40 Howes D-433 Reese estampillé d'un caractère national 12. (2)


Personne : John Daugherty (14)

1. Arbre généalogique mondial Broderbund 052, numéro d'arbre 0475/0476. 2. Arbre généalogique mondial 059, numéro d'arbre : 0544. 3. freepages.genealogy.rootsweb.com Regardez sous Patterson-Magill-Daugherty Pedigree.

4. À partir de l'histoire familiale obtenue de Mme Pearl Wilson de Paoli, Indiana, qui a servi pendant de nombreuses années en tant que registraire et président de l'enregistrement du chapitre de Lost River DAR Orange County, Indiana----Michael Daugherty-II en 1737/1738 a été un marchand à Londonderry, dans le comté de Chester, en Pennsylvanie. Il a ensuite déménagé dans le centre-nord de la Virginie, où certains de ses enfants sont nés, dont l'ancêtre, le capitaine John Daugherty, Sr Michael Mor Daugherty-I et son épouse Catherine née Rodgers Daugherty, père de Michael Mor Daugherty-II, sont venus à L'Amérique de Lagan Valley, atterrissant à New Castle, comté de New Castle, Delaware le 10 décembre 1727. La famille a immédiatement déménagé à Londonderry, comté de Chester, Pennsylvanie où la famille est restée jusqu'en 1737/1738 quand ils ont tous déménagé dans le comté d'Augusta, en Virginie pour commencer une nouvelle vie à la frontière.

5. Référence : World Family Tree 059, numéro d'arbre : 0544 :

John a épousé Isabella Allen Patton et en 1776, ils ont déménagé leur famille dans ce qui est devenu plus tard le Kentucky. John possédait 1500 acres de terre. La carrière militaire de John a commencé en 1774 avec la milice du comté de Fincastle, en Virginie. Il a livré des chevaux avant la bataille de Point Pleasant qui a eu lieu en octobre 1774. Il a servi pendant la guerre d'indépendance. En juillet 1780, il faisait partie de l'expédition de Logan. En 1782, il fut nommé capitaine dans le comté de Lincoln, dans le Kentucky, par le gouverneur de Virginie Benjamin Harrison (le grand-père du président). John et sa compagnie, sous le commandement de George Rogers Clark, construisirent des forts sur la frontière et repoussèrent avec succès les attaques indiennes contre les quelques colons blancs qui se trouvaient à la frontière.

Le capitaine John Daugherty, Sr. a déménagé sa famille dans l'Indiana en 1810. En 1815, il a investi 160 acres supplémentaires dans la section 32. En 1825, il a acheté un terrain près de l'église Stampers Creek dans le comté d'Orange, Indiana, section 26, canton 2ND Range IE. John, Isabelle, leur fils George et sa femme Hannah Daugherty sont enterrés sur le terrain.

6. LES DOUGHERTY'S DU KENTUCKY Par William C. Stewart :

"La première étape importante dans la marche des premiers colons vers le Pacifique était la poussée de l'émigration dans le Kentucky datant de 1775. Parmi la petite compagnie de frontaliers toujours dans le fourgon de ce mouvement se trouvaient les Daugherty, (Le nom Dougherty est également orthographié Daugherty, Doherty, Daughetee, Dockerty, Doghity, Daughity, Dohity, Dogherty, O'Docharty et de diverses autres manières, mais toutes remontent à Dochartach de la province d'Ulster, en Irlande. Le nom était parfois orthographié Doughty ou Dowty dans le Kentucky mais généralement, cette orthographe indique une dérivation anglaise plutôt qu'irlandaise. Il n'est pas rare de trouver le nom orthographié autant de manières dans un document du Kentucky). cinq générations en un peu plus de soixante-dix ans ont traversé le continent à partir des établissements permanents, ont contribué à l'évolution de la nouvelle culture de la frontière qui s'étendait, comme elle l'avait fait dans la vallée de Virginie, puis nombre de ses membres se sont déplacés : dans l'Indiana, dans le territoire du Missouri et ainsi, toujours vers l'ouest, jusqu'au Missouri à travers les Rocheuses et le fleuve Columbia, tout cela avant le XIXe siècle était bien commencé. Certains sont restés au Kentucky, et sont représentés par des descendants aujourd'hui, la plupart ont suivi la frontière mouvante, le long du Mississippi, à travers les prairies jusqu'au Texas, à travers les déserts jusqu'en Californie. Parmi eux se trouvaient des chasseurs et des trappeurs, des commerçants, des soldats, des avocats, des législateurs, mais la plupart étaient des agriculteurs et des combattants indiens. Dans la cinquième génération de l'Atlantic tidewater était le premier agent indien notable de la nation.

La date du premier voyage de John Daugherty, Capt., Rev. War au Kentucky n'est pas connue, mais il exerçait son talent pour localiser des terres en 1775 (Lewis Collins, History of Kentucky, Volume 2, page 519), et après un voyage de retour dans les colonies au-delà de Clinch Mountain avec la compagnie de John Wilson de Harrod cet hiver-là, pénétrait dans les terres le long des eaux de la rivière Dix près des chutes de l'Ohio au début de janvier 1776 (John Wilson, déposition, Comté de Nelson, Kentucky, Circuit Court, octobre 7, 1794). Il est peu probable que John Daugherty faisait lui-même partie de la compagnie de Harrod redescendant l'Ohio en mars 1775, dans ce qui devait être Harrodsburg, car il avait des terres et une famille sur Laurel Creek de North Holston, sur la route de Virginie au Kentucky à travers L'écart de Cumberland. Le frère aîné de John, Henry, a été le premier colon connu à ce jour dans la nature sauvage sur les eaux de North Holston (Lyman Chalkley, Gates of the Wilderness Road, Virginia Magazine of History, Volume 30, Page 201) et John a peut-être fait une visite non enregistrée à travers le Gap avant 1775 sinon, il a entendu parler du sol merveilleusement fertile et du gibier abondant du pays du Kentucky par les Long Hunters voisins et par Daniel Boone. Boone est vu en Virginie à l'automne 1774, portant une lettre concernant le frère de John, Michael, et un journal tardif, du major Arthur Campbell au colonel William Preston (Draper Mss., Wisconsin State Historical Society, 3 QQ 123).

La famille Daugherty avait commencé vers l'ouest (après avoir atterri à New Castle County Delaware le 10 décembre 1727 du comté de Donegal, Irlande, puis immédiatement déménagé dans le comté de Lancaster, Pennsylvanie où ils passèrent les dix années suivantes). Michael Mor Daugherty-I, magasinier de "Newlondon Derry", comté de Chester, Pennsylvanie, s'est établi à Borden's Great Grant dans ce qui est maintenant le comté de Rockbridge, en Virginie, en amont de Cedar et Mill et Broad Creeks de la James River. (Jugements de la Cour, dossier 393, Augusta County, Virginie et Surveyor's Book 1, page 5 et Deed Book 4, page 104 et sec). Ce Michael Mor Daugherty-I était le frère de Thomas Daugherty qui est arrivé à New Castle, Delaware, le 10 décembre 1727 avec Michael Mor Daugherty-I, sa famille et une foule d'autres parents, dont Thomas et plusieurs autres membres de la famille Daugherty, y compris John Caldwell et sa famille (devenu plus tard célèbre pour avoir établi la colonie presbytérienne de Cub Creek avec Thomas Daugherty (le frère de Michael Mor Daugherty-I).

John Caldwell et sa famille ont vécu dans le comté de Lancaster, en Pennsylvanie, avant de se rendre finalement en Virginie pour aider à établir la colonie presbytérienne de Cub Creek, "la clé qui a ouvert les vannes à une émigration illimitée de Pennsylvanie et d'Irlande". (Dr Howard McKnight Wilson, The Tinkling Spring, Headwater of Freedom, page 42, faisant référence à l'autorisation d'établissement dans les régions reculées de la Virginie, donnée par le gouverneur Gooch en réponse à la demande du Donegal Presbytery of Pennsylvania, à l'instigation de John Caldwell 11 avril 1738). L'établissement de Cub Creek a été plus tard que prévu par son historien, pas avant 1740 au plus tôt et probablement pas avant 1742, une conclusion à laquelle sont arrivés séparément le Dr Wilson et l'auteur). Les descendants de Thomas Daugherty ont également atteint le Kentucky, mais par d'autres routes.

Mill Creek est une branche de Poague's Run, et les voisins de Michael comprenaient Robert Poague, Erwin Patterson, John Maxwell, George Wilson, James McGavock, James Gilmore, James Crow, James Spratt, Robert McAfee, les Thompson, Salling, Walkers, McDowell et autres qui devaient être représentés dans les migrations vers le haut de la vallée et dans le Kentucky. Michael Mor Dougherty-I faisait partie de la compagnie de milice du capitaine John Buchanan, inscrite pour la première et la dernière fois sous le nom d'O'Doeherty, en 1742 (F. B. Kegley, Virginia Frontier, page 141). Michael a été nommé connétable en 1747 (Ordonnance 1, page 251, comté d'Augusta, Virginie) et, au cours des années 1740 et 1750, lui et ses fils ont continué à accumuler des terres dans les Fourches du James. Les incursions des Indiens n'étaient pas rares. Trois des garçons Dougherty sont inscrits dans la milice en 1756 et Michael Mor Dougherty-I a été payé pour fournir des provisions. (Cour martiale, livre 2, août 1756, comté d'Augusta, Virginie, et Hening, Statuts de la Virginie, volume 7, page 190). L'un des garçons, Charles a été tué lors du raid de 1763 par les braves de Cornstalk et cette année-là, Michael Mor Daugherty-I est également décédé, âgé de plus de 61 ans. Son domaine a été évalué le 16 novembre 1763 par Joseph Culton, John McKee, John Gilmore et William Edmonton. (Volonté Livre 3, page 304, Comté d'Augusta, Virginie).

La famille a commencé à se séparer après cela, certains restant pendant un certain temps dans les fermes de James River, d'autres se déplaçant vers le sud et l'ouest dans la nature sauvage. Le fils de Michael, Michae-II, était dans la colonie de Reed Creek dans ce qui est maintenant le comté de Wythe, en Virginie, en 1763, avec la milice du comté de Bedford pour aider James Davies et deux ou trois autres familles menacées par les raids indiens de cette terrible année. (Thomas L. Preston, Esquisses historiques, page 119). Entre cette date et 1768, Michael-II acquit une superficie considérable à Boiling Springs, à côté de Fort Chiswell, de Great Road et de Graham's Forge. Son ancien voisin sur la rivière James, James McGavavock, a acheté la propriété de Fort Chiswell en 1768 et Robert Graham a finalement acquis la propriété de Boiling Springs.

John D. Daugherty, Capt., Rev. War était le 2e fils aîné de Michael Mor Daugherty-II (fils de Michael Mor Daugherty-I) est né en 1743 dans le comté d'Augusta, en Virginie, qui a ensuite été divisé et la section que John est né dans le comté de Rockbridge, en Virginie. John a épousé une Isabella Anna Patton vers 1768 dans le comté de Tazewell, en Virginie. John et sa famille étaient dans le Kentucky dès 1775, vivaient dans ce qui est maintenant le comté de Boyle, Kentucky et Jefferson County, Kentucky et ont déménagé à Harrison/Orange County, Indiana vers 1810-1811 et y sont morts le 14 février 1828. Capitaine John Daugherty est décédé le 14 février 1828, dans sa 85e année et a été enterré dans un champ dans la section 26, canton 2 nord, rang 1 est, comté d'Orange, Indiana. A ses côtés est enterré sa femme Isabelle, décédée le 14 février, peut-être la même année son fils George, décédé le 14 mars 1842 et sa femme Hannah née Boyd Daugherty, décédée le 11 juillet 1846. Le champ a longtemps été labouré terminée, et les pierres tombales ont été trouvées contre la clôture près du cimetière familial au cours de la recherche de l'histoire du capitaine John. Comme cela avait été le cas en Virginie et au Kentucky, certains des Daugherty sont restés dans l'Indiana, d'autres ont poussé vers l'ouest. À l'église baptiste primitive de Stamper Creek, à Paoli, dans le comté d'Orange, en Indiana, il y a un mémorial d'environ quatre pieds de large. Sur le côté ouest du monument, il y a la date de naissance et de décès du capitaine John Daugherty et de son épouse Isabella, puis il y a neuf de leurs enfants et leurs épouses Robert b. 1790 et sa femme Sarah, et leur fils Robert S. b. 1818 y sont également enterrés. Guillaume b. 1779 et Elizabeth "Betsy" née Tanner Daugherty sont également répertoriées. James Tanner né en 1812 et Amanda Jane née Snyder sont enterrés au cimetière de Pleasant Hill, Missouri. Sur le côté est du monument sont gravés les armoiries de Dougherty. gravé en dessous est « les armoiries originales portées par les seigneurs d'innishowen du château de Dougherty sur Lock Swilley, Donegal Co. Ire. Sa signification : traduit 'Pour mon droit héréditaire.' " Sur le côté droit se trouve une gravure d'un château et en dessous, " Gravé dans la pierre au-dessus de la cheminée dans la pièce principale du château : Ces mots : " Christianisme accepté 652 après JC " Notre premier ancêtre connu était : Sir Cahir O'Dochartaigh " il on ne sait pas exactement qui a placé le mémorial ou quand (Register of the Kentucky Historical Society, pp. 131-132)

John et Isabelle eurent des enfants : Michael Daugherty, né en 1769/70 dans l'actuel comté de Wythe ou Tazewell, Virginie, qui épousa Miss Jane Stephenson dans le comté de Nelson, Kentucky, le 18 août 1790. Michael mourut dans le comté de Trimble, Kentucky vers 1830 George D. Daugherty qui est né vers 1773 dans ce qui est maintenant le comté de Tazewell, en Virginie. George a épousé une Hannah Boyde qui était la fille d'un John Boyd du comté de Barren, Kentucky. George et sa famille ont déménagé à Harrison/Orange County, Indiana lorsque son père, le capitaine John Daugherty et sa mère Isabelle, née Patton Daugherty, s'y installèrent en 1810. Le 14 mars 1842, George Daugherty mourut à Orange County, Indiana : John S. Daugherty, Jr. qui est né vers 1788 à Danville, comté de Boyle, Kentucky et a épousé une Mary Hollowell, fille d'un John Hollowell dans le comté de Harrison, Indiana le 11 février 1810. John S. Daugherty, Jr. et sa famille ont déménagé dans le comté de Knox, Illinois où John est décédé le 2 janvier 1856. John et sa femme Mary née Hollowell Daugherty, Jr. sont tous deux enterrés dans le comté de Knox, Illinois Henry Daugherty qui est né vers 1784 à Danville, comté de Boyle, Kentucky et a épousé une Miss Catherine Cynthia (? nee) Daugherty de Caroline du Nord vers 1810 dans le comté d'Orange, Indiana, car lui aussi avait voyagé avec sa mère et son père dans le comté d'Orange, Indiana vers 1810. Henry Daugherty est décédé dans le comté d'Orange, Indiana, le 14 novembre 1846 Sarah "Sally" Daugherty qui était né le 5 août 1786 à Knob Lick, Lincoln County, Kentucky. Sarah avait également déménagé dans le comté d'Orange, Indiana avec ses parents John et Isabelle en 1810. Elle épousa un Michael Miller le 2 avril 1807 dans le comté de Jefferson, Kentucky. Sarah est décédée dans le comté d'Orange, dans l'Indiana, le 10 août 1826 et serait enterrée au cimetière de Stampers Creek, dans le comté d'Orange, dans l'Indiana. Mary Daugherty, née vers 1783 à Danville, comté de Boyle, Kentucky. Mary Dougherty a épousé un William Charles dans le comté de Harrison, Indiana le 19 octobre 1811. Mary est décédée en 1816 et est enterrée dans le comté d'Orange, Indiana William Daugherty qui est né le 1er novembre 1748 dans le comté d'Augusta, en Virginie et qui avait épousé une Miss Elizabeth "Betsy" Tanner, fille d'un John Tanner, le 6 mai 1802 dans le comté de Jefferson, Kentucky. William Daugherty, Sr. et sa famille ont déménagé dans le comté de Lawrence, Indiana et il est décédé dans le comté de Green, Indiana en novembre 1852. On pense que William Daugherty, Sr. et sa femme Betsy née Tanner Daugherty sont tous deux enterrés dans le comté de Green. , Indiana ? Robert Sylvester Daugherty qui est né le 15 avril 1791 à Knob Lick, Lincoln County, Kentucky. Robert a épousé une Sarah Tanner (soeur de son frère William Daugherty) vers 1810 dans le comté d'Orange, Indiana. Robert S. est décédé vers 1850 et lui et sa femme Sarah née Tanner Daugherty sont enterrés à Orange County, Indiana Samuel Daugherty qui est né vers 1781 à Danville, Boyle County, Kentucky a épousé une Mary Bland à Orange County, Indiana le 5 novembre, 1819, on pense que Samuel et Mary Dougherty sont morts et sont enterrés dans le comté d'Orange, dans l'Indiana ? Ellender Daugherty qui est née à Danville, comté de Boyle, Kentucky vers 1777 et a épousé un Charles Beasley dans le comté de Jefferson, Kentucky le 19 juillet 1798 et la dernière est sa fille Naomi Daugherty qui est née vers 1777 à Danville, comté de Boyle, Kentucky et a épousé un Thomas Motley de Virginie le 12 mars 1795 dans le comté de Jefferson, Kentucky. On ne sait pas si Naomi et son mari Thomas ont accompagné le reste de la famille dans l'Indiana ou non, mais il est documenté que seul le fils de John et Isabelle, Michael, est resté dans le Kentucky lorsque la famille a déménagé dans l'Indiana ?

7. Virginia Land, Marriage and Probate Records : Individuel : John Doughert Emplacement : Augusta Co., VA Type d'enregistrement : Land Record ID : 31852 Description : Grantor Book-Page : 5-490 Propriété : 94 acres Craig's Creek at Indian Camp. Remarques : John Doughert, signé Jocort. De Patton 1751. Ce registre foncier a été initialement publié dans "Chronicles of the Scotch-Irish Settlement in Virginia, 1745-1800. Extrait des originaux des archives judiciaires du comté d'Augusta" par Lyman Chalkley

8. Indice de recensement : comtés sélectionnés aux États-Unis, 1810 Individu : Dougherty, John County/État : Jefferson Co., KY Numéro de page : 17 Année : 1810 Tranches d'âge dans le ménage : 10311-1110106 Les chiffres du recensement ci-dessus correspondent à : 1 homme 10 & moins de 0 hommes 11-15 ans 3 hommes 16-20 ans 1 homme 21-45 ans : 1 homme plus de 46 ans : femmes : 1 femme 10 & moins de 1 femme 11-15 ans 1 femme 16-20 ans vieux 0 femmes de 21 à 45 ans 1 femme de plus de 46 ans & 0 libre nègre ou indiens 6 esclaves.

9. Services militaires : John Daugherty/Dougherty (la famille l'a épelé dans les deux sens depuis que le grand-père de John, Michael Mor Dougherty/Daugherty et sa famille ont débarqué le 10 décembre 1727 à New Castle Delaware) a commencé son service militaire en 1774 dans le comté de Fincastle, en Virginie et a été un capitaine dans la milice de Virginie, y compris une corvée de livraison de chevaux avant la bataille de Point Pleasant sur la rivière Ohio. Lui et un ami (John Wilson) se sont installés sur une parcelle de terrain contestée à Locust Thicket près de l'actuel Danville, Kentucky et y ont fait une récolte de maïs en 1775. Au cours des attaques indiennes de 1776, lorsque d'autres colons sont partis pour la sécurité de la le fort John Daugherty le plus proche n'a pas choisi de rester sur le terrain contesté sur lequel il avait déposé une demande. Son proche voisin, Archibald McNeil, a été tué par des Indiens en 1777. En 1778, John était capitaine d'une compagnie de milice dans ce qui est aujourd'hui le comté de Boyle, dans le Kentucky. John et son frère Robert semblent avoir participé à l'expédition du capitaine Benjamin Logan contre les Shawnees et la ville de Chillicothe sur la rivière Little Miami en 1778. Le capitaine John Daugherty a servi sous Logan, commandant en second du général George Rogers Clark lors de l'expédition de juillet 1780. à travers l'Ohio en avril 1779 dans le comté de Centucky, Kentucky. Il a dirigé une compagnie de 42 hommes, dont Robert et George de son frère, lors de l'expédition de Clark à la suite de la catastrophe des Blue Licks. Les Indiens n'ont jamais causé de gros problèmes au Kentucky après cette expédition, et le nombre de colons a augmenté rapidement entre le 24 octobre 1782 et le 24 novembre 1782 au Kentucky. À la suite du déménagement de John et de la plupart de sa famille vers le territoire de l'Indiana (on pense qu'ils ont commencé à déménager dans le territoire de l'Indiana vers 1803 et tous étaient dans l'Indiana en 1811) et John a été nommé juge de paix le 7 mars 1811. Seul son fils Michael sont restés dans le Kentucky, tous ses enfants et ceux d'Isabelle Anna née Patton ont déménagé du Kentucky à l'Indiana avec John et Isabella. Ils ont fini par déménager d'abord dans le comté de Harrison, dans l'Indiana, puis dans le comté d'Orange, dans l'Indiana, où John est décédé le 14 février 1828 dans une ville du comté d'Orange, dans l'Indiana, appelée Paoli, où John, sa femme Isabele née Patton Daugherty et plusieurs de leurs fils et les femmes sont enterrées.

enterré dans son champ dans la Sect. 26, Twp. 2 N, rang 1 E, Orange Co., IN, sa femme Isabella à ses côtés quelques mois plus tard, et en temps voulu, leur fils George et sa femme Hannah, à Stamper Creek Primitive Baptist Church, Paoli, IN. Il y a un mémorial d'environ 4 pieds de large.Sur le côté ouest se trouve la date de naissance et de décès du capitaine John & Isabella, puis leurs enfants sont répertoriés avec leurs femmes. Tous les onze. Le fils du capitaine John, Robert b. 1790 et sa femme Sarah, et leur fils Robert S. b. 1818 y sont également enterrés. Guillaume b. 1779 et Elizabeth (Betsy Tanner) sont enterrées dans l'ancien cimetière Dugger à Dugger, IN. James Tanner b. 1812 et Amanda Jane (Snyder) sont enterrées au cimetière de Pleasant Hill, MO. Sur le côté est à gauche est gravé les armoiries de Dougherty . gravé en dessous est « les armoiries originales portées par les seigneurs d'Innisowen de Dougherty Castle sur Lock Swilley, Donegal Co. Ire. " Sur la droite se trouve une gravure d'un château et gravée en dessous est " Gravé dans la pierre au-dessus de la cheminée dans la pièce principale du château : Ces mots : " Christianisme accepté 652 après JC " Notre premier ancêtre connu était : Sir Cahir O'Dogherty " Inconnu qui a placé le mémorial ou quand

COSTUMES EN CHANCERY--COMTÉ DE BOURBON
(Documents déposés dans un livre trouvé dans le sous-sol du palais de justice du comté de Bourbon par Julia S. Ardery).

Dépositions prises en Chancery Suit
Pour régler les différends entre Thomas Respess, John Haggin et John Breckenridge, plaignants, contre Thomas McClanahan, défendeur, déposé en octobre 1799.

novembre 1803
Thomas McClanahan dépose un projet de loi pour révision du décret.
- Dépose de Lawrence Harrison : en an. 1770, en compagnie du colonel William Lynn, en voyageant de Limestone aux chutes de l'Ohio, après avoir traversé Hinkston, ils tombèrent sur les eaux de Cooper's Run, et cette fourche sur laquelle ils se trouvaient traverse la plantation de Thomas Manihon (?) , Jr., et où Thomas Strother vivait auparavant.
- Dépose de William Whitesell : en an. En 1779, il connut pour la première fois Cooper's Run en voyageant de Boonesborough à l'ancienne gare de Ruddle.
- John Conway destitue : il connaissait Coopers run 1780, qu'on lui a dit de ladite run par Thomas Gilbert, James McBride, Thomas Stephenson, qui étaient là avant, et déclare qu'à cette époque il vivait à Bryant's Station.
- Dépose d'Abijah Woods : en an. 1776, il a vécu à McGee's Station et qu'il a obtenu des informations concernant Cooper's Run de John Townsend et d'autres, puis a déménagé à Bryant's Station et y a vécu quatre ou cinq ans, et a fréquemment parcouru la trace qui menait de Bryant's Station à Martin's et Ruddle's Station, passant près de l'endroit où M. Strother "habite maintenant". Déposition prise le 13 août 1804.
- John Ficklin déclare qu'il a fait la connaissance de Cooper's Run 1781 ou '82, qu'il vivait à Bryant's Station à cette époque, déposition prise en août 1804.
- Jacob Stucker connaissait Cooper's Run 1781 ou '82, lorsqu'il vivait à la déposition de Bryant's Station prise en août 1804.
- William Grant, Sr., déclare qu'il connaissait Cooper's Run en 1779, 1780 et 1781, il a déménagé après 1781 et n'est revenu qu'en 1787, déposition prise le 18 novembre 1803.
- John Grant déclare qu'il a fait la connaissance de Cooper's Run, 1780, qui "passe maintenant par la place de Larkin et Willis Field" prise le 18 novembre 1804.
- John Daugherty déclare qu'il a connu pour la première fois Cooper's Run 1779 qu'il, en compagnie de William Whitsell, Samuel Porter et George Lovelace (Lovelance) et Samuel Van Hook, chassait et campait la première nuit au-dessus de l'amélioration de Grant prise le 9 février 1804.


John douté

John Doughty est né à New York le 25 juillet 1754 et il a obtenu son diplôme du King’s College (plus tard l'Université de Columbia) en 1770. Il est entré dans l'armée en 1776 et est devenu l'adjudant général de deux bataillons du comté de Morris, dans le New Jersey. En janvier 1777, il était devenu capitaine dans la 2e artillerie continentale. Doughty s'est battu à &hellip

À propos de la Fondation historique de l'Armée

L'Army Historical Foundation est l'organisation de collecte de fonds officielle désignée pour le Musée national de l'armée des États-Unis. Nous avons été créés en 1983 en tant qu'organisation caritative 501(c)(3) à but non lucratif basée sur nos membres. Nous cherchons à éduquer les futurs Américains à apprécier pleinement les sacrifices que des générations de soldats américains ont consentis pour sauvegarder les libertés de cette nation. Notre financement aide à acquérir et à conserver des œuvres d'art et des artefacts historiques de l'armée, à soutenir les programmes éducatifs sur l'histoire de l'armée, la recherche et la publication de documents historiques sur le soldat américain, et à fournir un soutien et des conseils aux organisations privées et gouvernementales engagées dans les mêmes objectifs.


DOUGHTY, John (c.1562-1629), de la Croix-Rouge, Bristol, Glos.

b. c.1562,1 s. de John Doughty, yeoman de Duddlewick, Stottesdon, Salop et Anne, da. de William Holland de Burwarton, Salop.2 éduquer. env. Bristol 1584,3 m. Marie,4 3s. 6da. 6 autres ch. dvp.5 . 20 déc. 1629,6

Bureaux tenus

Freeman, Bristol 1596,7 conseiller commun 1606-20,8 shérif 1606-7,9 capt. milice 1612-.,10 dép. échevin 1612,11 échevin 1620-., maire 1620-1,12 auditeur (jt.) 1621,13 connétable de Staple 1621-2.14

Membre, Newfoundland Co. 161015 membre, Bristol Merchant Venturers par 1618,16 master 1623-4.17

Biographie

Doughty est issu d'une famille yeoman du Shropshire liée aux Barkers et à d'autres aristocrates locaux. Apprenti de Richard Cole, échevin et mercier de Bristol, il fut par la suite membre fondateur de la Newfoundland Company, négociant le fer pour le compte du 1er comte de Cork18 et devint armateur en partenariat avec John Barker*19 dont le cousin germain épousa son frère François.20

En 1626, Doughty revint avec John Whitson, qui l'avait nommé administrateur de ses œuvres caritatives21, mais il ne laissa aucune trace sur les dossiers du deuxième Parlement de Caroline. Malgré son enthousiasme pour les bandes formées à Bristol, il semble peu probable que ce soit lui qui ait demandé aux Lords de soutenir un projet visant à maintenir 100 000 hommes en armes.22 Les deux membres de Bristol ont reçu £36 6s. 8. en salaires et dépenses de la société, mais Doughty a également reçu des sommes supplémentaires à titre de remboursement, y compris £5 qu'il avait donné au secrétaire du trésorier pour payer le maître des requêtes pour obtenir la main du roi à la pétition pour la réversion du château’.23

Doughty fut réélu en 1628, cette fois avec Barker, et les deux hommes emportèrent à Londres une pétition contre l'imposition des vins24. que 200 soldats irlandais avaient débarqué à Bristol.25 Son seul comité était d'examiner une pétition sur le système postal (14 juin).26 À la fin du mois de juin, lui et Barker ont obtenu un mandat de remboursement à la ville de 1 000 £ pour le départ de deux navires pour garder le canal de Bristol hors des recettes de la subvention. Après la prorogation, ils écrivirent au secrétaire de l'Amirauté de Buckingham, Edward Nicholas*, pour recommander des capitaines et demander au lord amiral de les laisser garder leurs prises27. des sujets’.28 Doughty a reçu £30 9s. salaires et charges pour la première session, calculés à 15 semaines 3 jours,29 et £19 13s. 2. pour les 60 jours suivants.30

Doughty a fait son testament le 12 décembre 1629, dans lequel il a demandé à son « ami très aimant et fidèle pasteur, William Yeamans, de prêcher le sermon funèbre. Il a laissé des baux à Bristol, Gloucestershire et Somerset à sa femme, avec le reste à son fils Richard, alors membre de All Souls, et a fourni des portions de £300 et £350 à trois filles célibataires. Il a donné ses armes et son armure à Richard et a laissé de l'argent à boire à ses "amis aimants et compagnons d'armes". Il légua 100 £ à la corporation, « à louer à dix artisans bourgeois » et 5 £ aux pauvres de Stottesdon. Il a nommé Barker l'un de ses exécuteurs testamentaires. Conformément à ses souhaits, il a été enterré à la Toussaint aussi près que possible de ses six enfants le 5 janvier 1630.31 En tant que "capitaine le plus âgé de nos fanfares entraînées", il a été soigné par tous les soldats entraînés jusqu'à la tombe. de notre ville, de manière guerrière’. Sa veuve épousa Nicholas Hele*. Aucun membre ultérieur de la famille n'a siégé au Parlement.32


Philadelphie : J. & T. Doughty, 1830. Première édition. Couverture rigide. Très bon. Article #18310

Première édition. Tome I. 4to. vii,[1],298,[2]pp., plus 24 planches lithographiques coloriées à la main et portrait gravé non coloré de Charles Willson Peale. Page de titre gravée. Planches de veau contemporaines, recouvertes de cuir assorti et avec le dos d'origine mis en place. Le texte est marron et tacheté, les planches moins avec une très bonne coloration. Plusieurs pages ont été remarquées de manière experte sur le bord avant (aucune perte), sinon c'est un très bon exemplaire. Inscription cadeau sur la page de garde libre datée 1832. Très rare et parmi les premiers livres américains à être illustrés de planches lithographiques. Le Cabinet d'histoire naturelle a été fondé par les frères Thomas et John Doughty à Philadelphie. Il a été publié en parties mensuelles et a été publié de la fin de 1830 jusqu'au printemps de 1834. Cependant, malgré sa durée de vie relativement courte, il a laissé un héritage important : Bennett l'appelle le « premier grand livre de planches couleur imprimé sportif produit en Amérique », le texte comprend des récits de première main d'expéditions de chasse de toutes sortes et sont parmi les premières de leur genre. Les planches comprennent les « premières estampes sportives colorées fabriquées en Amérique » (Henderson), et surtout l'œuvre comprend un nombre important de lithographies originales de l'un des grands noms de l'art américain du XIXe siècle. Le premier volume (composé de douze parties) était certainement l'œuvre des deux frères Doughty, la quasi-totalité des planches étant l'œuvre de Thomas. "Artistiquement, le volume 1 est de loin le plus important, car il contient les planches originales de Thos. Doughty, célèbre peintre et père fondateur de l'Hudson River School" - Bennett. En effet, les planches des derniers volumes proviennent d'une multitude de mains et de sources. "Les planches colorées sont importantes - étant les premières estampes sportives colorées faites en Amérique. Il n'y a qu'un seul livre américain antérieur avec des planches colorées que je connais, et c'est un traité de botanique médicale - publié à Philadelphie en 1817. Beaucoup d'entre eux les assiettes colorées d'animaux et d'oiseaux sont charmantes, la coloration est douce, correcte quant aux détails, et toutes sont bien dessinées" - Gee.


Nom de famille : Doughty

Ce nom de famille intéressant d'origine anglaise est un surnom pour un homme puissant ou courageux, en particulier un champion jouteur, dérivant du moyen anglais "doughty", ancien anglais antérieur au 7e siècle "dohtig" "dyhtig" signifiant " 34valant" ou "fort". Le nom de famille remonte au milieu du 13ème siècle, (voir ci-dessous). D'autres enregistrements incluent un William Doughty (1300), "the Register of the Freemen of Leicester", et John Dughti (1314), "the Register of the Freemen of York". Les variations dans l'idiome de l'orthographe incluent Douty, Dowty, Dufty, etc. --> Une Alys Dowtye a épousé William Style à St. Margaret, Westminster, le 23 janvier 1547. Henry Doughty a été baptisé le 28 décembre 1562 à St. Martin , Pomeroy, Londres et Elizabeth Doughty épousèrent James Franncis le 13 février 1575 à St. Augustine, Watling Street, Londres. John Doughty (1598 - 1672) était un divin, a reçu un B.A. et membre du Merton College, Oxford (1618), M.A. (1622), a rejoint les forces cavalières, D.D. et prébendier de l'abbaye de Westminster (1660), recteur de Cheam (1662). Un John Doughty (âgé de 18 ans), un émigrant de la famine, a quitté Liverpool à bord du &# 34John-Robert&# 34 à destination de New York le 1er juin 1846. La première orthographe enregistrée du nom de famille est celle de William Douti , témoin, qui était daté de 1247, dans les "Assize Rolls of Bedfordshire", pendant le règne du roi Henri 111, connu sous le nom de "The Frenchman", 1216 - 1272. Les noms de famille sont devenus nécessaires lorsque les gouvernements ont introduit la fiscalité personnelle. En Angleterre, cela s'appelait Poll Tax. Au fil des siècles, les noms de famille dans tous les pays ont continué à se développer, ce qui a souvent conduit à des variantes étonnantes de l'orthographe originale.

© Copyright: Nom Origine Recherche 1980 - 2017


Des images haute résolution sont disponibles pour les écoles et les bibliothèques via un abonnement à American History, 1493-1943. Vérifiez si votre école ou votre bibliothèque a déjà un abonnement. Ou cliquez ici pour plus d'informations. Vous pouvez également commander un pdf de l'image chez nous ici.

Gilder Lehrman Collection # : GLC02437.03502 Auteur/Créateur : Knox, Henry (1750-1806) Lieu de rédaction : New York, New York Type : Lettre manuscrite Date : 27 mars 1787 Pagination : 2 p. 32,4 x 20,3 cm.

Une version haute résolution de cet objet est disponible pour les utilisateurs enregistrés. CONNEXION

Gilder Lehrman Collection # : GLC02437.03502 Auteur/Créateur : Knox, Henry (1750-1806) Lieu de rédaction : New York, New York Type : Lettre manuscrite Date : 27 mars 1787 Pagination : 2 p. 32,4 x 20,3 cm.

Informe Doughty qu'il aidera à assurer la subsistance des troupes. Ne croit pas que le service de recrutement commencera à New York car ses quotas sont insuffisants. Les contrats de Morris et Wadsworth se terminent car le Congrès n'est pas satisfait des propositions. D'accord avec Doughty, qui est en faveur d'une "force nationale", car il s'attend à "tous les maux qui peuvent être produits par l'anarchie". Par conséquent, rien n'a été conclu sur le respect d'un salaire plus élevé pour l'artillerie que l'infanterie." Mentionne la fourniture de pièces d'artillerie et de magasins nécessaires pour le pays occidental et déclare qu'il devra soumettre des estimations au Conseil du Trésor, car "ils détiennent les cordons de la bourse." Termine en déclarant : "Les troubles dans le Massachusetts ont presque disparu - les tribunaux de justice jugent maintenant ceux des coupables capturés qui semblent être les plus criminels", se référant à la fin de la rébellion de Shays & # 039. Noté comme une copie et n'a pas de signature. Créateur déduit comme Henry Knox, étant donné le contenu. Dans la main de William Knox.

[Brouillon]
(Copie) New York 27 mars 1787
Mon cher monsieur
J'ai reçu votre faveur du 25 courant par M. Forde,
Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir, non-seulement pour me procurer la subsistance jusqu'au dernier de ce mois inclusivement, mais aussi pour payer quelque chose afin d'être expédié par vous.
Mais en même temps je ne dois pas vous flatter de plus qu'il ne sera accompli la subsistance que j'espère sera fournie.
Quant au service de recrutement, je ne pense pas qu'il sera commencé à New York, à cause de son nombre insuffisant de quotas.
Morris & Wadsworth [inséré : les contrats] sont, je crois, arrivés à leur terme - le Congrès ne semble pas aimer les propositions pour autant que je puisse comprendre leurs sentiments.
Vos raisonnements sur le besoin d'une force nationale correspondent parfaitement aux miens, j'attends tout le mal qui peut être produit de l'anarchie.
S'il devait y avoir des déductions, je m'efforcerai de vous garantir votre Majorité.
Le Congrès n'a eu que depuis très peu de temps neuf États. Rien n'a donc été conclu [2] sur le respect d'une solde plus élevée pour l'Artillerie que pour l'Infanterie.
Vous serez probablement dans cette Ville un temps suffisant avant votre départ pour consulter sur les provisions essentiellement nécessaires pour le pays occidental, lorsque je déciderai du nombre de pièces d'artillerie et de provisions qui seront expédiées - je veux dire pour lesquelles Je ferai des estimations pour être Conseil du Trésor - ils tiennent les cordons de la bourse.
Les troubles dans le Massachusetts ont presque disparu - les cours de justice jugent maintenant ceux des coupables capturés qui semblent être les plus criminels.
Je suis
Mon cher Monsieur &c
Major Doughty.


Voir la vidéo: The Revolution That Will Change Everything. DAVID ICKE 2021